Comment aider les Américaines face aux lois anti-avortement

#StopTheBans : Comment agir face à l'interdiction à l'avortement aux Etats-Unis
#StopTheBans : Comment agir face à l'interdiction à l'avortement aux Etats-Unis
Depuis le début de l'année, plusieurs Eétats conservateurs américains ont adopté des projets de loi régressifs sur l'avortement. L'Alabama est le plus restrictif d'entre eux, avec une condamnation de 10 à 99 ans de prison pour quiconque pratiquerait l'IVG. On vous dit que faire pour aider les femmes de ces régions des Etats-Unis.
A lire aussi
Ligue du LOL : comment la Force juridique de la Fondation des Femmes aide les victimes
News essentielles
Ligue du LOL : comment la Force juridique de la Fondation...

Aux Etats-Unis, l'interdiction à l'avortement gagne du terrain. D'abord au Mississippi, en Ohio ou encore en Géorgie, qui ont chacun signé la "Hearbeat Bills", interdisant l'avortement lorsqu'un battement de coeur est détecté, soit à environ 6 semaines de grossesse.

Ensuite, ce fut au tour de l'Alabama d'adopter la loi la plus restrictive en matière d'IVG, rendant illégale sa pratique même en cas de viol et d'inceste. Le but de ses promoteurs : aller jusqu'à la Cour Suprême pour tenter de faire annuler Roe v. Wade, l'arrêté datant de 1973 qui a rendu l'avortement légal aux Etats-Unis jusqu'à ce que le foetus soit viable (soit à 24 semaines environ).

Des mesures hallucinantes contre lesquelles il est possible d'agir, même à l'international. Voici comment.

1- Donner à des organisations nationales

Des associations telles que Naral, Planned Parenthood et ACLU (American Civil Liberties Union) s'assurent que l'avortement soit pratiqué de façon sûre et à des coûts raisonnables. Elles se battent au quotidien pour un accès au soin pour tous et toutes, notamment dans le domaine de la sexualité et de la reproduction.

En donnant une ou plusieurs fois, on les aide de manière significative.

2- Soutenir des associations locales

Dans chaque Etat, il existe également de petites associations qui aident à financer les avortements de femmes - ou de personnes avec un utérus - n'ayant pas les fonds nécessaires pour payer l'intervention ou la logistique qui l'accompagne (hébergement, transports...).

Parmi ces associations, on trouve le Yellowhammer Fund (Alabama), Women Have Options (Ohio), le Gateway Freedom Access Fund (Missouri) ou encore le Mississippi Reproductive Freedom Fund. Les dons sont directement dédiés aux personnes qui en ont besoin, et quelques euros peuvent faire une grande différence.

3- Faire un don à des associations qui aident les personnes queer et racisées

Il s'agit des communautés les plus touchées par ces lois ultra-restrictives, et par l'absence de prise en charge au niveau de la santé sexuelle en général. Donner à des associations telles que la NAPAWF (qui vient en aide aux femmes américaines originaire de l'Asie-Pacifique), URGE (pour les droits reproductifs des personnes queer) ou encore Sister Song (pour les personnes racisées) permet ainsi de les aider à recourir à des soins de qualité, dans des lieux sûrs.

4- Militer sur les réseaux sociaux

A une époque où l'activisme se fait aussi en ligne, partager des contenus accompagnés du hashtag #StopTheBans permet d'éveiller les consciences et de sensibiliser à la situation critique en matière de droit des femmes que connaissent actuellement les Etats-Unis.

Il s'agit d'un moyen efficace de faire passer le message et de continuer le combat de façon internationale en relatant des faits, des témoignages (sous le hashtag #YouKnowMe) ou en partageant des oeuvres d'artistes réalisées dans le but de se soulever contre ces lois.

5- Signer la pétition du Planned Parenthood

L'organisation Planned Parenthood (l'équivalent du Planning familial) a lancé une pétition nommée "No abortion bans, PERIOD." ("Pas d'interdiction d'avorter, POINT."). Pétition suite à laquelle on peut aussi faire un don du montant que l'on souhaite à l'association.

6- Se porter volontaire pour escorter les femmes qui se font avorter (aux Etats-Unis seulement)

Si vous vous trouvez aux Etats-Unis pour quelques semaines ou plus, vous pouvez vous inscrire en tant qu'accompagnatrice dans une clinique d'avortement. Dans les Etats où le droit à l'IVG est de plus en plus restreint, voire quasiment illégal, de nombreux·ses militantes anti-avortement se positionnent devant ces centres pour tenter d'humilier et de culpabiliser les personnes qui souhaitent avoir recours à une interruption volontaire de grossesse.

En les accompagnant pacifiquement, vous leur offrez un soutien psychologique essentiel. Pour ce faire, rendez-vous sur National Abortion Federation ou Abortion Care Network afin de trouver la clinique la plus proche, puis contactez-la directement pour connaître ses besoins.