Elle allaite pendant un ultra-marathon : "Je suis contente d'avoir ouvert le débat"

Sophie Power sur la ligne d'arrivée de l'UTMB
Sophie Power sur la ligne d'arrivée de l'UTMB
C'est une photo qui a fait le tour du monde en quelques jours, celle de l'Anglaise Sophie Power, une coureuse de l'extrême, qui a été photographiée pendant l'Ultra-Trail du Mont-Blanc en train d'allaiter son fils de trois mois.
A lire aussi

L'Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTBM) est une course de 171 kilomètres, qui se déroule entre la France, l'Italie et la Suisse, et qui fait le tour du massif du Mont-Blanc chaque dernière semaine d'août. C'est une épreuve physique impressionnante que l'Anglaise Sophie Power, cofondatrice d'une société qui s'attaque à la pollution de l'air, aura réalisé en 43 heures 33. Elle dit n'avoir dormi que 20 minutes sur les presque deux jours de course.

Mais ce qui a le plus impressionné, c'est une photo d'elle en train d'allaiter son fils de trois mois, Cormac, en pleine course. C'est le photographe Alexis Berg qui a pris la photo dans une salle de repos à Courmayeur en Italie après 16h de course. A côté d'elle, le coureur a l'air exténué.

A travers cet arrêt symbolique, Sophie Power prouve que l'on peut allaiter partout, à n'importe quel moment, sans que cela soit un drame. Mais aussi le fait que chaque femme doit pouvoir vivre pour elle, ses envies et ses aspirations, tout en ayant des enfants et/ou un partenaire. Comme une course pour soi.

Cette coureuse de l'extrême, qui a déjà couru le Marathon des sables (environ 240 kilomètres en six étapes au Maroc) avait cumulé assez de points pour participer à une précédente édition comme elle l'explique à l'AFP : "J'avais réussi à avoir une place alors que j'étais enceinte de Donnacha en 2014, mais ils ont refusé de reporter ma participation d'un an. Ils le font pour les blessures mais n'acceptent pas pour les femmes enceintes car selon eux 'c'est un choix'". Grâce à un cumul de points assez important pour y participer de nouveau, Sophie a réussi à obtenir une place en 2018. Elle souhaite désormais que la politique sur les femmes enceintes de l'ultra-trail change, "pour inciter davantage de femmes à se tourner vers l'ultra trail".

"J'ai besoin d'être en bonne forme physique et d'avoir ces pauses mentales"

Dans une interview au Guardian, Sophie Power analyse cette photo qui a fait le tour du monde : "Sur la photo, je me concentre sur l'alimentation de Cormac, le pompage du lait. Mon mari, John, qui essaie de me convaincre de manger un sandwich à l'avocat et de fouiller dans ma sacoche, de changer les piles de ma torche, d'y mettre la nourriture, est probablement à un mètre de la où la photo a été prise. Alexis a demandé s'il pouvait prendre la photo et nous n'avions pas de réticence particulière. On a pensé que ça pourrait faire une petite histoire sur les femmes qui font quelque chose d'un peu différent pendant la course."

L'athlète est aux anges de découvrir que sa photo symbolique a été reprise partout dans les médias : "Elle a mis en lumière quelque chose dont les femmes se sentent vraiment incapables de parler. Il y a cet énorme sentiment de culpabilité de la mère qui dit qu'il faut toujours se concentrer à 100 % sur son bébé, et je dis qu'en ne se concentrant pas sur sa propre santé physique et mentale, on ne peut pas être la meilleure mère. Pour moi, personnellement, j'ai besoin d'être en bonne forme physique et d'avoir ces pauses mentales. Les femmes ont vraiment du mal à dire ça ouvertement."


Elle complète ainsi un message qu'elle avait publié sur Instagram : "Il ne s'agissait pas de faire valoir un argument au sujet d'une règle [sur le fait que les femmes n'ont pas le droit de décaler leur participation]. Il s'agissait de passer deux jours avec moi-même dans les montagnes, de me concentrer sur le fait de mettre un pied devant l'autre. Prendre une pause mentale au milieu du stress de la vie quotidienne et des quelques derniers mois qui ont été difficiles pour me vider l'esprit. De retour complètement fraîche, prêt à affronter le monde à nouveau."

Sur ce compte Instagram, inauguré après le partage viral de sa photo, Sophie raconte sa préparation physique pour l'UTMB alors qu'elle était encore enceinte. Elle dit ne s'être arrêtée que deux semaines avant le terme. On la voit notamment faire des tractions pour se muscler les bras afin de bien tenir ses bâtons pendant la course, mais également soulever de la fonte, enceinte de huit mois. Elle a par contre arrêté de courir à partir du cinquième mois.

Sophie Power a passé la ligne d'arrivée avec son fils de trois ans Donnacha et son petit Cormac dans les bras. Elle a publié la vidéo émouvante de ce moment sur son compte Instagram.