Exit les livres "réservés aux garçons" : une fillette de 8 ans fait plier une maison d'édition

Comment une écolière a convaincu une maison d'édition anglaise de supprimer les mentions "pour les filles" et "pour les garçons".
Comment une écolière a convaincu une maison d'édition anglaise de supprimer les mentions "pour les filles" et "pour les garçons".
Une maison d'édition anglaise s'est engagée à modifier les titres de ses livres afin de mettre fin au marketing genré au nom de l'égalité entre les sexes. A l'origine de cette décision, une pétition envoyée par une gamine de 8 ans ayant découvert dans le catalogue un livre pour pirates réservé aux garçons.
A lire aussi

"Et si une petite fille voulait être un pirate ?". C'est la question légitime qu'Els, une petite Londonienne âgée de huit ans, a posé à la maison d'édition Scholastic après avoir découvert dans un catalogue ce titre de livre : "Des choses incroyables à fabriquer et à faire pour les garçons : Le livre des pirates, de l'or en barres."

Agacée devant cette manière d'exclure les filles de ces jeux, sous prétexte qu'ils seraient réservés aux garçons, l'écolière a lancé une pétition avec la phrase suivante: "Que se passerait-il si une fille voulait jouer aux pirates et qu'elle en vienne à se demander si elle est normale après avoir lu que c'était réservé aux garçons ?". Celle-ci a recueilli plus de 80 signatures de la part d'autres écoliers, de parents et d'instituteurs et a été adressée à la maison d'édition grâce au soutien d'un groupe, "Let Books be Books", qui lutte contre les clichés dans les livres pour enfants. Ce dernier avait déjà dans le collimateur un livre de magie accusé de proposer des quizz différents aux filles et aux garçons édité par Scholastic.

"Nous aimerions que Scholastic abandonne les mentions 'pour filles' et 'pour garçons' dans les titres de ses ouvrages", ont-ils demandé. Ajoutant que l'éditeur, qui est le premier fournisseur en livres scolaires, a "la responsabilité" de mettre en place un marketing incluant à l'égard des deux sexes.

De plus en plus d'actions contre les stéréotypes

Scolastic a réagi avant même de recevoir la pétition en supprimant les questions genrées de son livre de magie et en annonçant que la maison ne commercialiserait plus le livre pointé du doigt par la petite Els. "Nous ne publierons plus de livres où figurent les mentions 'pour les filles' ou 'pour les garçons' dans le titre. Tous les titres historiques qui sont encore commericalisés seront réimprimés afin que leurs titres soient modifiés", a expliqué la maison d'édition.

Pour Jess Day, la porte-parole de "Let Books be Books", "la lettre d'Els illustre clairement le problème." "Elle porte simplement sur le fait qu'il ne faut pas dire aux filles et aux garçons d'aimer des choses différentes, et nous sommes ravis que Scholastic ait répondu aussi rapidement à son appel au changement. Ces mentions invoquent des clichés datés et excluants sur les filles et les garçons, des clichés qui peuvent s'avérer dangereux." Et d'ajouter : "Qui pourrait souhaiter exclure un lecteur et faire passer le message à un enfant qu'un enfant n'est pas pour lui en raison de son sexe ?"

Depuis quelque temps, les actions de ce type se multiplient, notamment grâce à l'essor des réseaux sociaux. Récemment, une Américaine fan de comics a poussé un coup de gueule contre l'absence de super-héroïnes auprès de DC Comics, et a vu son souhait exaucé. Les compagnies de jouets sont quant à elles également régulièrement pointées du doigt pour leur tendance à séparer les jouets dédiés aux filles et aux garçons.

Plus d'actu sur : Les livres pour enfants

La série de livres pour enfants "Monsieur Madame" crée une figure de femme ingénieure
Journée internationale des droits de l'enfant : un joli livre pour leur expliquer leurs droits
"Histoires du soir pour filles rebelles" : le livre qui va inspirer vos enfants