Et si l'inégalité femmes-hommes apparaissait dès le premier téléphone portable ?

Dans certains pays du monde, l'inégalité femmes-hommes commence avec le premier téléphone portable
Dans certains pays du monde, l'inégalité femmes-hommes commence avec le premier téléphone portable
Dans certaines parties du globe, le téléphone portable est vu comme un appel à la dépravation lorsqu'il se trouve dans les mains d'une jeune femme. Un précepte sexiste qui creuse les inégalités de genre, notamment en Afrique et en Asie.
A lire aussi
Un test de grossesse à faire sur son téléphone portable
News essentielles
Un test de grossesse à faire sur son téléphone portable

Dans plusieurs parties du monde, les adolescentes n'ont pas accès aux téléphones portables de la même manière que les garçons, révèle une nouvelle étude dévoilée jeudi 11 octobre à l'occasion de la Journée internationale des droits des filles.

Cette toute première étude mondiale exhaustive sur les adolescentes et la technologie mobile réalisée par l'association à but non lucratif Girl Effect et la Fondation Vodafone a interrogé 3 000 adolescent·es originaires de 25 pays en Asie du Sud, aux États-Unis et en Afrique.

Selon le rapport, 184 millions de femmes de moins que d'hommes possèdent un téléphone portable dans le monde. L'étude "Real Girls, Real Lives, Connected" montre que les adolescents sont 1,5 fois plus susceptibles de posséder un smartphone que les filles dans les pays sondés, à l'exception des États-Unis.

Le téléphone fait l'objet de préjugés sexistes

Dans certains pays comme le Bangladesh, le Rwanda, l'Inde ou le Malawi, les principaux obstacles pour les garçons qui souhaitent se procurer un téléphone portable sont d'ordre financier. Mais pour les filles, les barrières sont principalement sociales.

L'étude révèle en effet que de nombreuses filles sont stigmatisées lorsqu'elles ont recours à la technologie mobile. Les téléphones font l'objet de préjugés sexistes, qui consistent à affirmer que leur utilisation entraînent des contacts avec des hommes et, in fine, des risques de grossesses non désirées.

"Les filles devraient éviter d'utiliser Facebook parce que sur Facebook, la plupart des gens parlent mal, et les filles devraient aussi éviter de donner leur numéro de téléphone aux hommes et nous devrions écouter nos parents", a déclaré une jeune fille sondée, originaire du Malawi.

Échantillon des sondé·es qui possèdent un téléphone portable, par sexe et par pays

Infographie étude "Real Girls, Real Lives, Connected"
Infographie étude "Real Girls, Real Lives, Connected"

Symbole de domination patriarcale

Posséder un téléphone portable est également perçu comme un symbole de domination patriarcale, en particulier en Afrique. Les jeunes filles sondées ont déclaré qu'une relation romantique ou sexuelle avec un garçon plus riche ou un homme plus âgé était l'un des moyens les plus faciles d'obtenir un téléphone cellulaire.

En Afrique du Sud, où il y a moins de restrictions sur l'utilisation du téléphone que dans certains autres pays du continent, le téléphone lui-même devient emblématique de la relation. L'objet constitue en quelque sorte une preuve que les femmes qui en possèdent sont en couple et que l'homme peut subvenir à leurs besoins financiers.