Clémentine de "Koh-Lanta" craint de se faire "tailler" sur les réseaux sociaux

Clémentine Jullien de Koh-Lanta
Clémentine Jullien de Koh-Lanta
Clémentine Jullien, candidate de Koh-Lanta en 2017 et 2018, est de retour pour ce "Koh-Lanta La légende", édition 2021 qui rassemble les stars de l'émission-culte de TF1. L'occasion de revenir sur les vagues d'insultes sur les réseaux sociaux dont elle a été victime lors de ses précédentes participations.
A lire aussi

Candidate de l'édition "All-Stars" de Koh-Lanta, diffusée à l'occasion des 20 ans de l'émission de TF1, Clémentine a accepté avec enthousiasme de rempiler pour une troisième fois. Mais celle qui s'était fait remarquer lors de ses deux participations en 2017 au Cambodge et en 2018 ("Le combat des héros") le sait et le redoute : cette médiatisation va trop souvent de pair avec une certaine brutalité. Elle confie à Télé-Loisirs : "Je pense que j'ai marqué l'émission à ma façon. Peut-être pas de la meilleure manière, surtout lors de la première saison- Koh-Lanta Cambodge en 2017. Je me suis clairement fait lyncher sur les réseaux."

La jeune femme de 30 ans, qui dit redouter des adversaires comme Coumba ("C'est une athlète"), est revenue sur les vagues d'insultes et de harcèlement dont elle a été victime lors de ses précédentes participations. Des insultes qui l'ont durablement marquée.

En 2018, elle confiait au micro de Jeremstar : "C'est ma petite soeur qui est venue me voir et qui m'a dit avec une voix un peu tremblotante : 'Clem, est-ce que t'as vu les réseaux sociaux ?'". "J'avais envie de pleurer, bien sûr, l'envie de m'énerver contre les gens, l'envie de leur répondre (...) Je n'ai jamais compris pourquoi on m'insultait autant. Ce que j'étais ne leur plaisait simplement pas."

Elle se rappelle avoir souhaité que la production tente de calmer le jeu, en vain : "J'aurais aimé que la production attaque juste une seule personne en justice, et qu'elle rende cette condamnation publique. Histoire que ça fasse réagir les autres et montrer que même derrière un écran, on peut être attaqué par la justice."

"Ces gens-là sont bêtes"

En 2020, la Haute-Savoyarde confiait lors d'un live Instagram avec l'animateur Denis Brogniart : "J'ai compris pourquoi on m'aimait pas. Forcément les images qu'on montrait de moi, on ne pouvait pas m'aimer. Mais de là à insulter quelqu'un...", se rappelait-elle, tout en tentant de prendre du recul face aux "haters" : "Il faut prendre la chose de la bonne façon. Si on la prend de la mauvaise façon et si on regarde trop tout ça, franchement on peut continuer de creuser, on s'en sortira pas. Et si on arrive à prendre du recul par rapport à tout ce qui est dit... Et se dire aussi que ces gens-là sont bêtes et qu'on est plus intelligents qu'eux et prendre du recul, et bien on garde le sourire et on continue à regarder Koh-Lanta avec du plaisir."

Aujourd'hui, elle l'assure, elle va "mieux car ça fait quelques années que je ne passe plus à l'écran. La notoriété de Koh-Lanta, positive ou négative, est éphémère. Sauf pour certaines légendes comme Claude ou Teheiura", explique-t-elle à Télé-Loisirs.

"Je suis donc dans une phase où c'est plutôt calme mais je sais que ça va repartir et que je vais me faire tailler. Mais c'est comme ça, on ne peut pas plaire à tout le monde." La candidate se dit même fataliste face à la violence des réseaux sociaux. "J'ai appris à vivre avec ça et ce n'est pas important. Je suis prête à revivre ça, le positif comme le négatif. Juste, je n'aime pas qu'on ne parle que de ça."