L'orthorexie, ce désordre alimentaire étrangement méconnu

L'orthorexie : aliments purs, aliments poisons
L'orthorexie : aliments purs, aliments poisons
Peu connue, l'orthorexie – soit l'obsession de la nourriture saine – pourrait toucher près de 7% de la population. Le point sur un trouble alimentaire inquiétant.
A lire aussi
8 applis qui luttent contre le gaspillage alimentaire
News essentielles
8 applis qui luttent contre le gaspillage alimentaire

L'anorexie mentale et la boulimie, on connaît. Dans le premier cas, le malade s'impose des restrictions caloriques drastiques, ce qui peut mener à des carences et à la mort. Dans les cas de boulimie le malade ingère de grandes quantités de nourriture dans le cadre de " crises ", avant de se fait généralement vomir.

Beaucoup moins connue et non-répertoriée dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (l'ouvrage de référence en psychiatrie), l'ortherexie est néanmoins un trouble bien réel et serait aussi courante que l'anorexie et la boulimie réunies. Elle se caractérise par une obsession de la nourriture saine (qui n'a rien à voir avec une quête de la minceur). Les aliments perçus comment mauvais sont impitoyablement éliminés de l'assiette (tout ce qui contient des colorants, des conservateurs, des glucides, des produits chimiques, des graisses, un élément susceptible d'être cancérigène...) au profit des aliments perçus (tout personnellement) comme "purs". L'individu passe alors " plus de trois heures par jour à penser à son alimentation", explique le psychiatre Gérard Apfeldorfer, président d'honneur du Groupe de réflexion sur l'obésité et le surpoids (GROS) dans un article du Monde daté de 2012. "Son idée de base est qu'une alimentation parfaitement saine la préservera de la maladie, de la vieillesse, voire de la mort ". Nul besoin de préciser que l'alimentation est alors radicalement déconnectée de toute préoccupation de goût ou notion de plaisir.

Difficile de quantifier la population " orthorexique ". En 2004 cependant, l'Université de Rome interrogeait 400 personnes dans le cadre d'une étude. 6,9 % d'entre elles présentaient des comportements orthorexiques (en majorité des hommes). Pas négligeable quand on sait qu'anorexie mentale et boulimie toucheraient 5% à 10% de la population.

Les orthorexiques, contraints à l'exil social

Le problème n'en serait pas un si l'orthorexie ne menait pas rapidement à l'isolement social, souligne le Dr Steven Bratman qui est à l'origine du terme. Difficile, en effet, de dîner entre amis, au restaurant ou de fêter le retour d'un collègue quand on ne touche plus une cacahuète ou une tranche de quatre-quarts. Dans des cas extrêmes, à force d'éliminer tout aliment potentiellement néfaste, la personne ne se nourrit pas suffisamment. Kate Finn, dont le cas est rapporté par Steven Bratman sur le site orthorexia.com, est de ceux-là. La jeune femme est morte en décembre 2003 d'une crise cardiaque provoquée par la " diète orthorexique " qu'elle s'imposait.