La nouvelle égérie d'Adidas ne s'épile pas (et ça ne plaît pas à tout le monde)

La nouvelle égérie d'Adidas qui ne s'épile pas ne plaît pas à tout le monde
La nouvelle égérie d'Adidas qui ne s'épile pas ne plaît pas à tout le monde
Alors qu'Adidas vient de sortir son nouveau modèle de chaussure Superstar, la campagne de la marque allemande a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. L'objet de la polémique ? L'une des égéries a "osé" poser sans s'être épilé les jambes...
A lire aussi
Cette femme fait du pole dance avec son bébé (et ça ne plaît pas à tout le monde)
News essentielles
Cette femme fait du pole dance avec son bébé (et ça ne...

Alors qu'elle fêtait ses 45 ans d'existence en 2015, la basket "Superstar" créée par la marque Adidas demeure décidément indémodable. Et pour la rentrée 2017, la célèbre marque aux trois bandes a décidé de redonner un coup de jeune à sa chaussure-phare en sortant une nouvelle campagne vidéo incarnée par ce que la marque considère "comme les icônes de demain" : des mannequins, mais aussi des artistes, des sportifs... Parmi ces nombreuses égéries, Arvida Byström, jeune mannequin suédoise réputée pour son engagement féministe.

Et pour ce top-model, pas question de déroger à ses valeurs, y compris pour cette campagne. Celle qui joue avec les stéréotypes de genre n'a donc pas hésité à poser chaussée des nouvelles SuperStar grises d'Adidas les jambes dénudées, mais bien fournies question pilosité. Un détail que les internautes ont tout de suite relevé.

La nouvelle égérie d'Adidas qui ne s'épile pas ne plaît pas à tout le monde

Sur les réseaux sociaux, les commentaires sont en effet nombreux... et certains sont loin d'être agréables. "Dégueulasse, proprement dégueulasse", "Si elle se rasait les jambes, ouais, je voudrais carrément la baiser", "Eh bah maintenant c'est sûr, je ne porterai jamais d'Adidas". Des propos "charmants" aussi vulgaires que misogynes qui ont de quoi nous faire sérieusement méditer sur la définition du mot "dégueulasse". Heureusement, d'autres internautes ont envoyé des messages de soutien et de félicitation au jeune mannequin : "Je ne comprends pas tout ça. C'est juste des poils qui ne sont pas sur sa tête ? Il y a plus crado que ça, genre vos réactions", "Merci Adidas, j'achèterai plus souvent chez vous !".

Arvida Byström a réagi sur son compte Instagram en publiant un long post dans lequel on peut lire : "Ma photo pour la campagne Adidas a reçu pas mal de commentaires négatifs la semaine dernière. Je suis blanche, en bonne santé, cisgenre, il n'y a que mes poils qui divergent de la norme... et j'ai reçu des menaces de viol. Je n'imagine même pas ce que ça fait d'exister dans ce monde sans avoir tous mes privilèges. Plein d'amour, et rappelons-nous que chaque personne est différente. Et merci pour tout le soutien !"

La mannequin suédoise n'en est pas à son premier coup d'essai. En avril dernier, elle a sorti avec l'artiste Molly Soda un livre intitulé "Pics or it didn't happen", qui compile toutes les photos "polémiques" retirées d'Instagram. Plus qu'un simple livre de photographies, c'est une déclaration féministe, une invitation à découvrir le corps féminin (et parfois masculin) tel qu'il est vraiment : imparfait, étrange, sublime.