La séparation bienveillante : 5 étapes pour rompre sans se déchirer

Se séparer sans souffrir, c'est possible
Se séparer sans souffrir, c'est possible
Se séparer sans se détester, c'est possible. C'est même le titre du best-seller américain de Katherine Woodward Thomas récemment traduit en français aux Editions Leduc.s. On parle alors de séparation bienveillante.
A lire aussi

On a toutes déjà quitté ou été quittée au cours de sa vie. Pour autant, se séparer avec bienveillance, respect et tout en conservant de l'affection pour l'autre, cela nous est arrivé plus rarement. Et pourtant, c'est possible, ainsi que l'explique la psychologue et thérapeuthe Katherine Woodward Thomas dans son ouvrage "Conscious uncoupling" devenu rapidement un best-seller et qui vient de paraître en français sous le titre de "Se séparer sans se détester" aux Editions Leduc.s. Selon la thérapeuthe, la séparation du couple formé par l'actrice Gwyneth Paltrow et le musicien Chris Martin constitue l'exemple le plus célèbre de "rupture positive". Les anciens amoureux avaient en effet annoncé leur séparation par ce communiqué : "C'est le coeur empli de tristesse que nous avons décidé de nous séparer... Nous sommes parvenus à la conclusion que, malgré tout l'amour que nous éprouvons l'un pour l'autre, nous allons vivre notre vie chacun de notre côté. Cependant, nous formons et formerons toujours une famille et sommes à plus d'un titre plus proches que nous ne l'avons jamais été." Et on peut y arriver nous aussi puisque l'auteure nous explique comment pratiquer la séparation bienveillante à travers 5 étapes.

1- Trouver la liberté émotionnelle

Il s'agit en premier lieu d'apprendre à "maîtriser les énergies associées aux émotions très sombres et difficiles que vous éprouvez peut-être, comme la rage, la haine, la peur et le désespoir." Le but étant de "transformer ces pulsions destructrices visant les autres ou vous-même en vecteurs constructifs d'un changement positif. Pour y parvenir, elle conseille notamment d'apprendre à analyser nos émotions et à les dompter de sorte à "percevoir cette séparation comme une occasion marquante de transformer vos schémas décevants et destructeurs en amour profond".

2- Reprendre le pouvoir de votre vie en main

Cette deuxième étape vers une séparation bienveillante consiste à cesser de se percevoir comme "une victime de l'amour" et à apprendre à assumer sa part de "responsabilité vis-à-vis de ce qui s'est passé". Ce faisant, on va se fortifier et "dépasser le stade des schémas amoureux à l'origine de toutes sortes de déception".

Admettre sa part de responsabilité
Admettre sa part de responsabilité

3- Rompre le schéma destructeur et guérir votre peine de coeur

Chercher à "comprendre la cause de vos déceptions sentimentales" va être un point clé de cette troisième étape et nous permettre de passer (enfin) à autre chose. En suivant les conseils de Katherine Woodward Thomas, on devrait ainsi réussir à s'affranchir de notre chagrin sentimental habituel et "d'en sortir renforcé" afin d'évoluer ensuite au sein de "relations amoureuses plus épanouissantes et agréables". Et il semble, d'après la thérapeute, que de retrouver une image de soi positive soit essentiel "pour redevenir un être aimé, valorisé, honoré et qui se sent en sécurité". En somme, on doit apprendre à s'aimer soi-même. D'ailleurs, ce serait même la clé pour trouver l'amour.

4- Devenir un alchimiste de l'amour

La quatrième phase du programme proposé dans "Se séparer sans se détester" nous apprendra comment accepter la séparation tout en protégeant "l'amour qui vous a rassemblés et à honorer tout ce que vous avez crée ensemble en donnant naissance à une nouvelle forme de relation plus saine." Apprendre à apprécier ce que vous avez vécu "demande détermination et discipline. Ce genre de diligence est cependant nécessaire pour poser les bases d'un avenir plus sain et heureux pour vous-même et les autres à la suite d'un chagrin." Et notre ex dans tout ça ? Sera-t-il partant pour adopter cette philosophie de rupture ? Peu importe "s'il choisit la solution de facilité en nous dévalorisant, ainsi que l'amour partagé" explique l'auteure car "vous n'êtes pas obligé d'en faire autant".

5- Vivre heureux... même après

Enfin, dans l'ultime étape préconisée par le livre pour parvenir à se quitter sans trop souffrir et à en sortir meilleur, on gagne en sagesse et on prend des décisions plus saines pour contribuer à rendre notre futur amoureux plus épanouissant. Et cela passe par de bonnes relations avec notre ex, ce d'autant plus si l'on a des enfants ensemble. La coopération semble alors être le maître-mot. Mais avant d'en arriver là, il faut commencer par lâcher prise, vous serez ainsi "non seulement vidé de l'existence que vous viviez et de la personne que vous étiez au sein de la relation, mais également libéré des pensées mesquines, des pulsions blessantes, des histoires alambiquées déresponsabilisantes".

Et qui sait "vous vous rendrez peut-être même compte avec enchantement que vous êtes désormais libre de recréer votre vie conformément à vos envies profondes, valeurs essentielles, vrais centres d'intérêt et véritable vocation." Le but final étant "d'améliorer considérablement votre vie en assimilant tout ce que vous avez appris de votre ancienne relation, tout en vous efforçant de vous réserver un avenir que vous méritez de vivre, vus tout ce que vous avez enduré".

"Se séparer sans se détester"
"Se séparer sans se détester"

"Se séparer sans se détester", Katherine Woodward Thomas, aux Editions Leduc.s, 19 euros