Le cours qui fait scandale en Arabie saoudite : "La femme est-elle un être humain ?"

Arabie saoudite : "La femme est-elle un être humain ?", le cours qui fait scandale
Arabie saoudite : "La femme est-elle un être humain ?", le cours qui fait scandale
Lundi 1er mars, une académie en ligne saoudienne a tenu un cours intitulé "La femme est-elle un être humain ?". Même dans ce pays où les femmes sont considérées comme inféodées aux hommes, l'intitulé de cette conférence a suscité un tollé sur les réseaux sociaux.
A lire aussi

"La femme est-elle un être humain ?". C'est sous ce titre que s'est tenue très sérieusement ce lundi 1er mars un cours en Arabie saoudite, rapporte le site Les Observateurs de France 24. Dispensé sur Internet par une Académie spécialisée dans les cours en ligne, le cours donné par Fahd al-Ahmadi a suscité un tollé dans ce royaume où les femmes n'ont pour l'heure toujours pas le droit de conduire ou de se rendre seules au stade et doivent demander l'autorisation de leur mari ou d'un parent masculin pour pouvoir voyager, conduire ou ouvrir un compte bancaire.

Face au tollé qu'a suscité son cours, Fahd al-Ahmadi s'est finalement fendu d'un communiqué de presse où il affirme que la question qui constituait l'intitulé du cours n'était pas sérieuse mais cherchait avant tout à provoquer le débat. Et d'affirmer qu'au contraire, son cours en ligne avait pour but de questionner la place de la femme dans la société saoudienne et de défendre les droits des femmes. Il ajoute ensuite que l'Islam est la seule religion à estimer et respecter les femmes, contrairement aux sociétés occidentales qui les pervertissent en les sexualisant.

Pourtant, affirme l'Observateur de France 24 en Arabie saoudite Ali Qatif, la position tenue par Fahd al-Ahmadi n'est pas aussi admirable que ça. Il explique : "Fahd al-Ahmadi prétend vouloir expliquer aux nouvelles générations que les femmes sont des 'anges'. Personnellement, je ne crois pas à son message. Il parle de la condition de la femme sans jamais évoquer les vrais sujets sensibles ici, comme les violences dont elles sont victimes, le droit de conduire, la polygamie ou encore le droit de divorcer. Je ne suis pas sûr ces quelques heures de cours pourront changer les mentalités en Arabie saoudite. Par ailleurs, je crois que ces pseudos académies en ligne cherchent surtout à gagner de l'argent."