Maïtena Biraben du Grand Journal : "Je me battrai pour garder ma place"

Maïtena Biraben compte bien rester en place coûte que coûte.
Maïtena Biraben compte bien rester en place coûte que coûte.
Maïtena biraben galère depuis qu'elle est arrivée aux commandes du "Grand Journal" sur Canal+. Mais malgré des audiences décevantes, elle continue d'y croire.
A lire aussi
Elle stoppe un harcèlement à bord d'un avion : une journaliste raconte
News essentielles
Elle stoppe un harcèlement à bord d'un avion : une...

Depuis qu'elle a été propulsée à la tête du "Grand Journal" sur Canal +, Maïtena Biraben est sous pression. Constamment critiquée dans les médias, il ne se passe pas une semaine sans que la toile prédise son prochain départ de l'émission. Pourtant, l'ancienne animatrice du "Supplément" s'accroche et compte bien rester aux commandes du talkshow phare de la chaîne, comme elle le confie dans les colonnes de Tv Magazine :

"Je ne suis pas propriétaire de la case. Je me battrai pour garder ma place si je considère que j'uy fais du bon boulot. Si je considère que je n'y arrive pas, je m'en irai. Mais je pense qu'on a une grosse marche de manoeuvre et de progression. J'y crois".

Un tempérament de battante, qui l'a certainement aidé à se frayer un chemin vers le succès. Réaliste, l'ex présentatrice des "Maternelles" sur France 5, est tout de même consciente que les audiences espérées sont encore loin d'être au rendez-vous :

"Il est évident que les audiences ne sont pas satisfaisantes, mais comment voulez-vous qu'elles le soient ? Ça fait 4 mois qu'on est à l'antenne ! Il faut 1 an ou 2 pour installer une émission".

Et quand on lui demande ce qu'elle pense des audiences record de son confrère Cyril Hanouna sur D8, Maïtena préfère ne pas trop développer :

"Rien, je continue. Pour tout vous dire, je regarde les audiences le matin, puis je les oublie. Ce que je veux, c'est qu'on progresse, et qu'à la fin on gagne".

Prête à tout pour réussir son pari, Maïtena s'accroche, mais pas sûr que son patron lui laisse 2 ans pour se faire la main...