Noël vous transforme en enfant hystérique ? Voilà pourquoi

Pourquoi Noël nous transforme en enfant hystérique
Pourquoi Noël nous transforme en enfant hystérique
Ah Noël ! Ces repas qui n'en finissent pas, ces odeurs de sapin et de clémentine... et cette immaturité qui s'empare de nous dès que l'on pose nos valises chez nos parents. Mais alors, pourquoi avons-nous tout d'un coup la mentalité d'une adolescente de 13 ans ?
A lire aussi

C'est un état par lequel tout le monde est probablement déjà passé. Rentrer chez ses parents, retrouver ses frères et soeurs, reprendre possession de sa vieille chambre, a pour effet de nous faire entrer dans une sorte de transe sans que l'on se rende compte de ce qui nous arrive. Tout d'un coup, on commence à agir comme un enfant. On réclame de l'attention, on se dispute avec notre soeur aînée, on prend la mouche à la moindre critique parentale. Bref, on devient franchement immature. Et forcément, à Noël, cet état est décuplé. Entre la frénésie provoquée par les fêtes de fin d'année et les retrouvailles familiales, on frôle le vertige. Reste à savoir pourquoi retrouver son lit une place et les bons petits plats préparés par papa maman nous fait perdre des points de vie d'adulte.

Pour faire court : il s'agit tout simplement de régression. Invitée à participer à un podcast pour le site américain Real Simple, Jane Isay, auteure de deux livres sur les relations familiales, explique que c'est un tout. Les odeurs, les sons, les vieux objets, nous disent que nous sommes à nouveau des enfants. Sur ce, notre cerveau réagit et nous fait agir comme tels.

3 astuces pour éviter de se transformer en monstre

Heureusement, Jane Isay a donné ses conseils pour repousser cet état infantile. D'abord, elle explique qu'il faut rester vigilant. La régression est un mécanisme de défense psychologique que l'on retrouve chez tout le monde. Si vous vous rendez compte que vous nagez en plein dedans, soyez indulgente envers vous-même. "Il vaut mieux en rire avec vos enfants et votre mari. C'est un très bon antidote à ce sentiment d'infantilisation", précise-t-elle.

La deuxième astuce pour mettre K.O. la régression ? Dès que vous avez conscience de cet état, tentez de le conquérir en agissant comme une adulte, par exemple en donnant un coup de main à la cuisine ou pour le ménage. Elle détaille : "Vous seriez surprise de voir à quel point les choses que vous faites chez les autres sont appréciées. Cela peut même changer la façon dont vous vous voyez vous-même".

Enfin – et c'est un conseil en or lorsqu'on a une famille un brin envahissante – Jane Isay estime qu'il est très important d'avoir une sortie de secours. Par exemple, elle conseille de venir avec sa propre voiture pour pouvoir partir un moment si les choses tournent au vinaigre. "Si vous n'avez pas de voiture, vous pouvez même partir faire une balade à pieds. L'idée est de prendre un moment pour se dire : 'Je suis une adulte. C'est ma famille et je les aime. Ils me rendent folle là, tout de suite, mais ils vont me manquer quand je serais partie... enfin peut-être'".

Les dossiers