Culture
"3096 jours" de captivité racontés par Natascha Kampusch
Publié le 6 décembre 2010 à 11:48
Par Terrafemina
Loin du pathos qu'on pourrait redouter d'un tel livre, Natascha Kampusch nous livre dans ce récit 3096 jours de lutte pour sa survie avec un détachement, une analyse et une maturité qui forcent le respect et n'est pas sans rappeler les témoignages d'autres rescapés de l'enfermement et de la torture psychologique.
"3096 jours" de captivité racontés par Natascha Kampusch "3096 jours" de captivité racontés par Natascha Kampusch
La suite après la publicité

Racoleur, curiosité malsaine, impudique, commercial... Tels sont les mots qu'on entend le plus souvent quand on évoque le livre-témoignage de Natascha Kampusch, enlevée à dix ans sur le chemin de l'école et parvenue à s'enfuir après dix ans de tortures infligées par ce quasi voisin qui l'enferma à quelques kilomètres de chez elle pour en faire son esclave domestique.

Et pourtant, malgré quelques passages pénibles dans lesquels la jeune femme évoque rapidement les coups endurés, on est davantage plongés dans l'analyse du processus de survie mis en place par la prisonnière pour ne pas plier aux tortures psychiques infligées par "le ravisseur", tel qu'elle le nomme toujours. Car tout le but de celui-ci sera, durant ces dix années, de faire admettre à sa captive que plus personne à l'extérieur de l'attend, qu'elle ne peut être heureuse qu'avec lui, et que son présent et son avenir n'ont d'autre horizon que les quatre murs entre lesquels elle doit se réinventer un quotidien. Ecriture, peinture, rêves et fantasmes sont autant de moyens de ne pas sombrer dans la folie, et de tenir tête à celui qui représente à la fois le salut et le martyr de la jeune fille.

Affamée, accablée, Natascha Kampusch flirte parfois avec l'idée du suicide comme seul échappatoire... "On est parfois soulagé lorsque la douleur physique dépasse par instants les tortures de l'âme". Ce témoignage force le respect, et si l'auteur se défend d'avoir succombé à ce qu'on appelle trop facilement le "syndrome de Stockholm", son analyse du rapport ravisseur-prisonnier est suffisamment passionnant et mature pour écarter la culpabilité qui pourrait étreindre le lecteur.

"3096 jours", de Natascha Kampush, publié chez Jean-Claude Lattès. 307 pages. 20 €

Mots clés
Culture Livres
Sur le même thème
Les articles similaires
8 mars : ces 8 lectures nécessaires pour raviver les luttes féministes play_circle
Culture
8 mars : ces 8 lectures nécessaires pour raviver les luttes féministes
8 mars 2024
Pourquoi on attend à ce point le prochain roman d'Edouard Louis play_circle
Culture
Pourquoi on attend à ce point le prochain roman d'Edouard Louis
2 avril 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news