Un festival parisien perd sa subvention après l'annonce de la venue de Rokhaya Diallo

Rokhaya Diallo
Rokhaya Diallo
Suite à l'annonce de la venue de la journaliste Rokhaya Diallo au Féministival organisée par l'association des Effrontées·es les 29 et 30 septembre prochain, la maire du 20e arrondissement de Paris a décidé de retirer sa subvention.
A lire aussi
Une Argentine de 11 ans violée subit une césarienne après un refus de l'avorter
News essentielles
Une Argentine de 11 ans violée subit une césarienne après...

La deuxième édition du Féministival se tiendra les 29 et 30 septembre à la Belleviloise (Paris 20e). Le programme n'a été bouclé que ces derniers jours mais s'annonce chargé, avec des concerts et de nombreuses tables rondes et la venue de très nombreuses associations et collectifs pour parler de leur travail.

Mercredi, le Féministival a annoncé la venue de la journaliste Rokhaya Diallo. L'adjointe à l'Égalité de la mairie, Emmanuelle Rivier, affilié Europe Ecologie Les Verts, en a fait part au cabinet de la mairesse PS Frédérique Calandra. Cette dernière n'a manifestement pas digéré la nouvelle puisqu'elle a décidé de supprimer la subventions de 500 euros qui avait été "accordée sur le principe" par Emmnanuelle Rivier.

Fatima Benomar, porte-parole de l'association Les Effronté·es à l'origine du Féministival, explique : "Nous recherchons des financements depuis un an. La réponse de la participation de Rokhaya Diallo était pour nous une bonne nouvelle parce que c'est une personne qu'on apprécie beaucoup. Mais la mairie du 20e nous a fait comprendre que cela n'était pas correct de l'inviter."

L'explication donnée aux Effronté·es est que la mairie avait donné des subventions sur la base d'un programme qui a changé en cours de route, d'où le retrait. Mais selon la porte-parole de l'association, elle ne "cédera pas au chantage".

L'adjointe Europe Écologie Les Verts en charge de l'égalité Emmanuelle Rivier explique être en désaccord avec cette décision : "Je trouve cela très bien que différents courants féministes puissent s'exprimer dans le cadre d'un débat républicain[...] Il n'y a pas lieu de supprimer la subvention". Elle précise que ce n'est pas elle qui a décidé de la suppression et qu'elle est "en désaccord avéré avec la maire sur cette question".

"Le rôle de la mairie n'est pas de faire passer son message mais de faire avancer l'égalité et de faire reculer les violences faites aux femmes." Elle ajoute : "C'est la seule chose qui devrait guider les choix de politiques publiques", rajoute l'adjointe EE-LV.

Rokhaya Diallo a elle réagit sur Twitter : "#Censure Incroyable! La très démocrate maire du 20ème arrdt de Paris @f_calandra a retiré la subvention octroyée au FÉMINISTIVAL à l'annonce de ma présence. Aidez le collectif à maintenir son festival mis en péril par cette décision absurde."



Par le biais d'un post sur Facebook, Fatima Benomar appelle le public à les soutenir : "Nous sommes très énervées, choquées par cette démarche à 8 jours du Féministival, qui déséquilibre notre budget déjà difficile à tenir, puisque nous avons tenu, au nom de la mixité sociale, que l'entrée soit à prix libre. Nous n'avons pas cédé au chantage. En revanche, nous avons besoin de retrouver ces 500 euros pour respecter le budget, qui consiste à payer la salle et les artistes."


Déjà en 2015, la mairesse Frédérique Calandra avait refusé l'intervention de Rokhaya Diallo lors de la Semaine pour l'égalité femmes-hommes pour venir parler des violences faites aux femmes. Elle avait justifié à l'époque sa décision en déclarant dans Libération : "Le point de vue de Rokhaya Diallo ne peut pas représenter le féminisme. Elle est faite pour le féminisme comme moi pour être archevêque." Avant d'ajouter : "Si un jour Mme Diallo veut débattre, pas de problème je la défoncerai".

Les Effronté·es ont lancé un appel au don pour combler les 500 euros manquants. L'objectif est largement atteint puisque 660 euros ont été collectés à ce jour. L'organisation propose aujourd'hui d'utiliser les bénéfices de la cagnotte pour financer plus largement le festival.