Stonehenge : l'égalité femmes-hommes existait il y a 5 000 ans

Stonehenge : de nouvelles découvertes attestent d'une égalité femmes-hommes il y a 5 000 ans
Stonehenge : de nouvelles découvertes attestent d'une égalité femmes-hommes il y a 5 000 ans
Les archéologues ont récemment découvert les restes enfouis de quatorze femmes sous le monument mégalithique, laissant penser qu'elles jouaient un rôle majeur et peut-être plus important que celui des hommes au sein de la communauté préhistorique.
A lire aussi
Un petit garçon transgenre de 9 ans évincé de son club de foot
News essentielles
Un petit garçon transgenre de 9 ans évincé de son club de...

Érigés entre -2800 et -1100 ans à quelques kilomètres de Salisbury, dans le comté du Wiltshire au sud de l'Angleterre, les monolithes de Stonehenge n'ont pas encore fini de livrer leurs secrets. Considéré par les archéologues comme l'un des plus grands monuments cérémoniels du Néolithique, Stonehenge est aussi le lieu où les personnalités notables et puissantes de la communauté celtique étaient incinérées et inhumées.

Les hommes préhistoriques, ces féministes

Or, les dernières fouilles entreprises à Stonehenge par l'archéologue Christie Willis ont révélé un détail qui a son importance : sur les vingt-trois restes humains enfouis dans le trou d'Aubrey 7, l'une des 56 cavités du site, quatorze sont ceux de femmes, laissant penser que ces dernières jouaient un rôle prépondérant dans la vie de la société préhistorique (entre -2 800 et – 2100). Des os, longs et minces, probablement utilisés comme pinces à cheveux, ont également été retrouvés sur le site.


"Dans presque chaque représentation de Stonehenge par des artistes et les reconstitutions que nous voyons à la télévision, nous voyons beaucoup d'hommes, dont un homme dans le rôle du chef, et peu ou pas de femmes", analyse l'archéologue Mike Pitts auprès du site Discovery News . Or, "l'archéologie montre maintenant que lors des enterrements, les femmes étaient aussi importantes que les hommes. Cela contraste avec les tumulus antérieurs, où les hommes semblent être plus importants."


"Par définition, les cimetières [au Néolithique, ndlr] sont rares, et Stonehenge est une exception, poursuit le chercheur. Quiconque d'enterré à Stonehenge est susceptible d'avoir joué un rôle spécial : des familles de haut rang, des professeurs aux compétences ou connaissances particulières ou des dirigeants politiques."


La présence de ces squelettes féminins sur le site funéraire laisse peu de place au doute : pour les archéologues, ils témoignent de la place primordiale que jouaient certainement les femmes dans la société établie autour de Stonehenge. "[La position sociale de la femme] a probablement diminué à nouveau vers le troisième millénaire avant notre ère", estime la chercheuse Christie Willis. "Les deux preuves archéologiques et historiques ont montré que le statut des femmes a augmenté puis diminué assez sensiblement à certains moments dans le passé."