Alina Kabaeva, la compagne de Poutine, sort de son silence

Alina Kabaeva, la compagne présumée de Vladimir Poutine, a refait surface à Moscou ce week-end. L'ancienne gymnaste avait disparu depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.
À lire aussi

Vladimir Poutine aurait-il épousé sa compagne dans le plus grand secret et alors que l'invasion de l'Ukraine par la Russie fait rage ? C'est l'hypothèse avancée par le tabloïd The Mirror.

On ne sait que peu de choses concernant la relation qu'entretiennent Alina Kabaeva, ancienne championne russe de gymnastique, et le président russe. Comme à son habitude, le chef du Kremlin paranoïaque a pris soin de protéger au maximum sa vie intime. Vladimir Poutine l'aurait rencontrée quelques années avant son divorce avec l'hôtesse de l'air Lioudmila Alexandrovna Chkrebneva, épousée en 1983 et dont il s'est séparé en 2003.

Selon Page Six, Alina Kabaeva se serait réfugiée depuis le début de la guerre fin février dans un "chalet très privé et très sécurisé" en Suisse avec ses quatre enfants (Vladimir Poutine serait le père de trois d'entre eux selon les rumeurs, toujours démenties par le Kremlin). Les pressions s'accentuaient afin qu'elle soit expulsée suite au lancement d'une pétition initiée par des Ukrainiens, Biélorusses et Russes.

Coup de théâtre : l'ex-athlète de 38 ans a refait surface à Moscou en fin de semaine. Elle a été aperçue ce vendredi 22 avril assistant à une répétition rythmique junior à la VTB Arena. La jeune femme portait une alliance à la main droite. Comme le précise The Mirror, l'alliance se porte au troisième doigt de la main droite en Russie (et non à la main gauche). Alina Kabaeva se serait-elle mariée avec Vladimir Poutine ?

Elle prend le parti de Poutine


Si certains de ses proches l'auraient par ailleurs suppliée d'intervenir auprès de Vladimir Poutine afin qu'il mette fin à son offensive dévastatrice en Ukraine, il semblerait qu'Alina Kabaeva soit bel et bien décidée à relayer la propagande du Kremlin.

S'exprimant à propos des athlètes russes privés de compétition à cause de la guerre, l'ancienne médaillée olympique a déclaré face à un mur couvert de "Z" (signe de ralliement à la politique de Poutine) : "Il n'y a jamais eu de page aussi honteuse dans l'histoire du sport mondial. Ils ne se sont pas inquiétés et n'ont retiré de la compétition aucun pays qui a participé à la destruction de centaines de milliers de civils en Yougoslavie, en Irak, en Libye et en Syrie. Les officiels sportifs étaient très en colère quand la Russie a décidé de protéger le Donbass et Lougansk des nazis".

Avant de conclure : " La Russie était, est et sera une grande puissance sportive, et vous ne pouvez rien y faire. " Pas sûr qu'Alina Kabaeva soit la meilleure diplomate pour entreprendre un processus de paix.