J'ai adopté la beauté zéro déchet

Conseils beauté zéro déchet
Conseils beauté zéro déchet
Recycler, c'est bien, mais ne pas produire de déchet, c'est encore mieux. Céline a adopté ce nouveau mode de consommation. Elle nous livre quelques solutions zéro déchet, douces pour l'environnement et pour la santé.
A lire aussi
Cette photographe capture la beauté des femmes transgenres
News essentielles
Cette photographe capture la beauté des femmes transgenres

1- Sous la douche

La quantité de plastique générée par les centaines de bouteilles de gel douche et shampooings consommées chaque jour dans le monde est considérable. Et la plupart d'entre elles sont probablement en train de flotter sur le "continent de plastique" de l'océan Pacifique, qui a désormais plus de trois fois la taille de la France. Inquiétant, non ?

Il existe pourtant une solution toute simple à ce problème : les cosmétiques solides et sans emballage.

Ainsi, le gel douche industriel plein de parabens et autres substances nocives que vous utilisez quotidiennement pour la plus grande joie des groupes industriels est aussi toxique pour vous qu'il l'est pour la planète. Pourquoi ne pas le troquer contre un savon artisanal ?

Non seulement, vous privilégiez ainsi les circuits courts en soutenant l'artisanat français, mais en plus le choix de produits est bien plus vaste qu'on ne se l'imagine. Beaucoup d'artisans proposent des savons bio, enrichis d'huiles essentielles naturelles aux vertus diverses qui auront une action bénéfique pour votre peau et votre santé.

Mais saviez-vous qu'un produit similaire peut également remplacer votre shampooing ? Il s'agit des shampooings solides et sans emballage. Ils sont simples d'utilisation, et il en existe de toutes sortes, pour tous types de cheveux : secs, gras, antipelliculaires, etc.


L'autre possibilité qui s'offre à vous est de le fabriquer vous-même pour un coût vraiment modique.
C'est d'ailleurs une excellente idée d'activité à pratiquer avec des enfants, pour les sensibiliser à la problématique du plastique dès leur plus jeune âge, et passer un moment convivial et amusant en famille.

2- Le démaquillage


Tous les soirs, pour vous démaquiller, vous utilisez des cotons jetables. Il semblerait que chaque Français utilise en moyenne 2000 cotons par an, ce qui n'est bien sûr ni écologique ni économique.

Alors quelle est l'alternative ? Il existe aujourd'hui de nombreuses lingettes démaquillantes lavables en machine. C'est sûrement l'astuce zéro déchet la plus simple à mettre en place, puisqu'il vous suffit de les glisser dans une machine à laver qui de toutes façons allait tourner pour votre linge. De nombreuses marques en proposent, mais vous pouvez très facilement les confectionner vous-même aussi.

C'est le premier geste que j'ai adopté dans ma quête de réduction des déchets. Et après quelques jours d'utilisation, je me suis demandée pourquoi je n'y avais pas pensé avant, alors que c'est si simple ! La réponse est tout aussi triviale : parce que nous sommes conditionnés, habitués depuis notre naissance à consommer. Mais il suffit d'y réfléchir quelques instants pour trouver d'autres manières de procéder.

3- Les menstruations

Je me suis tout d'abord intéressée à ce sujet pour des raisons de santé. Il est maintenant communément admis que les tampons et serviettes hygiéniques traditionnels sont remplis d'agents chimiques blanchissants et autres éléments toxiques. Cela semble d'autant plus invraisemblable que ces produits sont au contact de muqueuses particulièrement sensibles et qui absorbent rapidement tous ces composants nocifs. Enfin, d'un point de vue écologique, la quantité de déchets produite dans la vie d'une femme avec ces méthodes est astronomique.

J'ai donc choisi une option différente : les serviettes lavables en coton biologique. Il m'a fallu beaucoup de temps pour franchir le pas, et cela a suscité en moi beaucoup d'interrogations. Je ne savais pas si j'allais les trouver "sales", ou désagréables, si elles se laveraient bien, si elles seraient suffisamment absorbantes, pas trop épaisses, et tant d'autres.

J'ai fini par franchir le pas et j'en suis ravie. Leur principal atout : le confort. Elles sont d'une douceur inégalable. Parfaitement discrètes, on en oublie complètement leur présence. Quant aux aspects pratiques, elles protègent aussi longtemps que des serviettes normales, elles se lavent bien et ça ne prend pas beaucoup de temps (un pré-lavage à la main, un trempage la nuit puis hop dans la machine !). Et surtout, surtout : plus de composé chimique nocif dans mon corps, ni de plastique dans l'océan.

 

Par Céline Nickel, Hypnothérapeute certifiée et validée du réseau Medoucine.