Welcome To New York: le film de Ferrara-Depardieu sur DSK fait flop

Welcome To New York: le film de Ferrara-Depardieu sur DSK fait flop
Welcome To New York: le film de Ferrara-Depardieu sur DSK fait flop
Dans cette photo : Abel Ferrara
Le film « Welcome To New York » d’Abel Ferrara sur DSK avec Gérard Depardieu dans le rôle principal était simultanément présenté à 21 heures, le samedi 17 mai à Cannes et au grand public via neuf plateformes de vidéo à la demande. Malgré un buzz énorme autour de la sortie de ce film, l’accueil de la presse et du public était dimanche plutôt négatif - et décrivait le film davantage comme un « happening », un « pétard mouillé », voire un « navet ».
A lire aussi

« On comprend mieux maintenant pourquoi [Welcome To New York, ndlr] n’a pas été sélectionné [à Cannes, ndlr]. Et ce n’est sans doute pas parce que, par le biais de la fiction, Abel Ferrara prend effectivement des libertés avec l’affaire », juge le site de France Info. Et d’ajouter: « ce qui est plus gênant finalement, c’est que dans la majorité du film [Abel Ferrara, ndlr] se contente de dérouler des scènes de l’affaire vues mille fois et que c’est assez ennuyeux ». « Digne d'une mauvaise production pornographique, le début est grotesque », estime le journal le Point. Le Nouvel Obs, qui n’hésite pas à parler de « navet », explique: « le scénario trop connu, filmé comme un documentaire, le rythme lent, les dialogues souvent grotesques, comme cette scène où Devereaux, avant de s’envoler pour la France, déjeune avec sa fille et son fiancé à qui il explique, hilare, "la bouillabaisse, c’est un peu comme une partouze de poissons !" ».

>> Lire aussi: Où regarder le film de Ferrara-Depardieu sur DSK en VOD ? <<

Le jeu de Gérard Depardieu, « grotesque » ?

« En entendant les râles animaux d'un Gérard Depardieu à bout de souffle et décidément très en chair, il pourra à juste titre hésiter entre le fou rire et l'inquiétude que l'acteur ne fasse un AVC en poussant un peu trop son rôle », pouvait-on lire dans le Point, moqueur, ce matin. Pour le site Première.fr, Depardieu est un « rhinocéros ayant un triple orgasme ». France Info parle de son côté d’un jeu et d’un acteur « hors norme ».

Pourquoi cet obsession d’Abel Ferrara pour l’argent et les origines d’Anne Sinclair ?

Comme le rapportait le journal le Monde vendredi: « La question qui fâche est celle du rôle de Simone [alter ego d’Anne Sinclair dans le film], l'épouse de Devereaux [DSK, ndlr] (…) Tout irait bien si le premier trait qui la caractérise n'était la double allusion à sa fortune et à l'usage qu'elle en fait comme grande donatrice à Israël », lâche le journal. Et de poursuivre: « Quand on sait que le personnage est inspiré d'Anne Sinclair, dont le grand-père, le collectionneur d'art Paul Rosenberg, a fui le nazisme et s'est vu confisquer ses tableaux pendant la guerre, cette insinuation est injustifiable ».

>> Lire aussi: Pour la promo du film, Wild Bunch offre "des peignoirs" et reconstitue la chambre 2806 <<

Si on en croît les adeptes de twitter, le film ne semble pour l'heure guère mieux accueilli par le public, comme le montre cette sélection de tweets :