La Proie: Dupontel, Taglioni, Lopez dans une course poursuite haletante

La Proie: Dupontel, Taglioni, Lopez dans une course poursuite haletante
La Proie: Dupontel, Taglioni, Lopez dans une course poursuite haletante
Dans cette photo : Alice Taglioni
Eric Valette qui a notamment réalisé "Une affaire d’état" signe avec La Proie, un film d'une intensité rare. En salles aujourd'hui. 
A lire aussi

Un braqueur s’évade de prison pour traquer son ancien codétenu, un tueur en série qui a entrepris de lui coller ses crimes sur le dos. Une policière de la Brigade des Fugitifs se lance à la poursuite du braqueur, devenu bien malgré lui l’ennemi public numéro 1. Quand chacun des protagonistes aura été au bout de lui-même, qui sera le chasseur, et qui sera la proie ?

Ce film devrait être efficace car il est porté par une brochette d’acteur et non les moindres : Dupontel (« Le vilain », « Irréversible », « Jacquou le croquant », « Président »); Alice Taglioni (Cash, « Sans arme, ni haine, ni violence », «  Notre univers impitoyable ») et Sergi Lopez (« Potiches »,  « Le labyrinthe de Pan »).

« La Proie » devrait séduire tous les amateurs de films policiers à la française. Les scénaristes ont choisi de baser l'intrigue de La Proie sur un tueur en série, thème que l'on retrouve habituellement dans le cinéma anglo-saxon et qui permet d'allier le drame psychologique au thriller, comme l'évoque Luc Bossi : "C’était un matériel fascinant (...) et avec Laurent, mon coscénariste, nous avons cherché un sujet de fiction qui transcende ces histoires vraies – ressuscitant non pas des faits mais leur intensité, leur thématique, la puissance de leurs affrontements dramatiques. La notion «d’innocence» était incertaine et changeante dans ces histoires et l’idée centrale a été de faire du héros un personnage qui mette en valeur cette ambiguïté : un braqueur, criminel qui, si on l’oppose à un tueur en série, se retrouve pourtant soudain du «bon côté»."