Haro sur le sexisme dans les jeux vidéo

Haro sur le sexisme dans les jeux vidéo
Haro sur le sexisme dans les jeux vidéo
Dans cette photo : Laure Manaudou
Bonnie Ross et Kiki Wolfkill, employées d'un célèbre studio de jeux vidéo, partent en campagne contre le sexisme et les discriminations dans les jeux en réseaux. La méthode n'est pas encore au point, mais la détermination à faire aboutir ce projet est bien là.
A lire aussi
Les jeux vidéo fabriquent-ils de jeunes sexistes ?
News essentielles
Les jeux vidéo fabriquent-ils de jeunes sexistes ?


Si les armes et les armures sont virtuelles, les sanctions seront bien réelles. Sur le site américain de jeux vidéo Gamespot, Bonnie Ross, à la tête du studio 343 Industries, et Kiki Wolfkill, productrice exécutive de Halo 4, se sont exprimées au sujet du sexisme présent dans les jeux en réseaux. Toutes les deux déplorent le comportement et les réflexions que l’on peut entendre sur différents serveurs de jeux en ligne, et considèrent que les développeurs ont une responsabilité et doivent assumer les propos tenus sur leur plateforme de jeux.

« J'ai vu beaucoup des sites qui ont documenté certains des commentaires les plus diffamatoires liés au sexe. C'est un comportement qui est totalement inacceptable. J'aime à penser que la majeure partie de nos joueurs Xbox Live n'approuve pas ce type de comportement », explique Bonnie Ross. « En tant que développeurs, il est de nos responsabilités personnelles de penser à l'impression que nos jeux laissent. Avec Halo 4, nous avons mûrement réfléchi à qui devrait être masculin et qui devrait être féminin dans le jeu, et si nous donnions l'impression de stéréotypes, nous revenions en arrière pour questionner ce que nous faisions et pourquoi nous le faisions ».

Les sanctions pourront mener jusqu’au bannissement définitif du joueur. Selon une étude Kantar Média TGI, un joueur sur trois en France est une femme. Et elles ne jouent pas seulement aux « jeux pour filles ».

Nicolas Pasquier

Crédit photo :iStockphoto

VOIR AUSSI

Jeux Vidéo : attention comportements violents
Paris Games Week : notre sélection de jeux vidéo qui plaisent aussi aux filles
Laure Manaudou critique les jeux vidéo et ferme son compte Twitter