France Télévisions : Ayrault tranche, pas de retour de la pub après 20 heures

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a coupé court aux débats samedi entre le ministère de la Culture et celui du Budget : pas besoin d'envisager un retour de la publicité après 20 heures sur les chaînes de la télévision publique pour l'instant. Mais personne ne sait comment il compte régler le problème du financement du groupe public d'audiovisuel.
A lire aussi


Entre Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget, l’entente est loin d’être au beau fixe. Bercy a lancé les 1res hostilités jeudi 23 août en annonçant qu’un retour des annonces publicitaires après 20 heures était envisageable pour financer une partie de l’audiovisuel public et surtout parer à la censure de la Commission européenne sur la taxe dite télécoms. Or cette sortie n’a pas du tout plu à Aurélie Filippetti qui s’est empressée de répondre assez durement vendredi pour rappeler que cette décision lui incombait. Jérôme Cahuzac, mécontent d’avoir été « vitriolé en direct », selon ses propres termes, n’a pas compris la réaction de sa collègue de la Culture.

Pour mettre fin à la polémique, Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre, a assuré samedi en arrivant à l’université d’été du PS à La Rochelle que « la question du retour de la publicité n’est pas à l’ordre du jour, donc il ne faut pas s’énerver, il faut rester calme, garder son sang-froid ». Entre 450 et 500 millions d’euros sont en jeu. Mais si l’UE souhaite censurer la taxe sur les opérateurs télécoms et les télévisions privées, la France fera appel de la décision. Un contentieux qui n’est pas prêt de se régler « et qui ne le sera pas avant l’année prochaine. Il n’y a pas besoin de faire des spéculations », a donc conclu le chef du gouvernement.

Laure Gamaury

Source : nouvelobs.com
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Audiences TV : Le JT de TF1 détrôné par France 2 pour la 1re fois en 14 ans
La redevance pour les écrans d'ordinateur au cœur des discussions
Vote du budget rectificatif 2012 : l'Assemblée enterre les mesures Sarkozy