Top Chef 2013 : Voleuse, tricheuse, Naoëlle peut-elle décemment aller en Finale ?

Top Chef 2013 : Voleuse, tricheuse, Naoëlle peut-elle décemment aller en Finale ?
Top Chef 2013 : Voleuse, tricheuse, Naoëlle peut-elle décemment aller en Finale ?
Les Internets grondent depuis hier soir, et la qualification en finale de Top Chef de Naoëlle, déjà pas bien populaire jusqu’alors, et moins encore depuis qu’elle s’est illustrée de façon totalement inacceptable dans la compétition. En cause ? Un vol sous le nez des caméras, vol assumé et non sanctionné par la Cocoe. Peut-on accepter que la fraude soit érigée en modèle d’une émission familiale ? Je ne le crois pas…
A lire aussi
Top Chef 2016 : Coline et Xavier se confient sur le concours, le jury et la finale
interview
Top Chef 2016 : Coline et Xavier se confient sur le...

Cuisiner les restes, voilà l’épreuve peu gourmande sur laquelle nos quatre derniers candidats, Florent, Yoni, Jean-Philippe et Naoëlle, donc, allaient devoir se départager. « Je travaille dans un palace », moua, j’ai pas « l’habitude de cuisiner les épluchures », asséna avec dédain la potentielle future gagnante à micro-frange. Ah ouais, c’est vrai que moua madame, tous les soirs, je me sublime une bonne petite salade de pelure d’oignons aux yeux de sardine. T’aurais dû demander aux cuisinières du quotidien !

Les têtes de crevettes : la part d’ombre de Naoëlle

Bien embêtée devant ces bas produits, la Marie-Antoinette des fourneaux tomba alors sur un saladier plein de têtes de crevettes… lequel appartenait à Yoni, son concurrent. Ni une, ni deux, notre perfide candidate fonça alors VOLER, oui je dis bien voler mesdames et messieurs les jurés, quelques testasses pour les ajouter à son butin du jour, faisant fi des règles de base du concours de cuisine le plus populaire du PAF, qui stipule que chaque candidat doit gérer son temps entre garde-manger, cuisine et dressage.

La preuve en images :


Interviewée plus tard par les équipes de la prod’, la tricheuse - oui, je dis bien tricheuse - avoua alors sa part d’ombre face caméra, le sourire aux lèvres sans une once de la contrition que l’on demande désormais à ceux qui font leurs aveux publics en vue d’une potentielle rédemption. Point de « faute morale », de « folle erreur » évoquées, ni d’yeux baissés ou de demande de pardon à celui qui, de surcroît, fut finalement éliminé au terme d’une demi-finale en demi-teinte. Mais que fait Anne Hommel ?

Quelques semaines plus tard, sur Twitter, elle répond sans gêne à son adversaire.

Naoëlle doit-elle rendre sa médaille ?

« Je les prends et je fais un coup de vice. C'est ça aussi la compétition, c'est d'être plus maligne que les autres, d'avoir un petit coup de vice mais qui reste quand même gentil puisqu'ils l'ont pas vu »

Un… « coup de vice » ? Mouais. Mais, surtout, « qui reste gentil puisqu’ils l’ont pas vu », voilà qui plairait à l’ami Cahuzac, mais peut-être moins à ceux qui tentent d’élever nos enfants.
La question se pose alors : doit-on réellement minimiser le geste d’une candidate qui, depuis le début de la compétition, est annoncée comme une gagnante potentielle tant son niveau technique dépasse largement celui de ses adversaires, école Bristol oblige (elle est la sous-chef de ce 3 étoiles au Michelin…) ?

Qu’en dit Wikipedia ?

« La tricherie est le fait de ne pas respecter des règles pour profiter d'avantages. On peut tricher au jeu, dans le sport, à un examen (antisèches, copier sur le voisin…). Quelqu'un qui triche est appelé un tricheur. Lorsqu'on découvre que quelqu'un a triché, il est généralement sanctionné. »

Lance Armstrong, Bernard Madoff, Marion Jones… Combien sont-ils à avoir été sanctionnés a posteriori pour leur forfait ? Peut-on vraiment accepter que le vol soit présenté comme un acte sans importance dans une compétition qui consacrera potentiellement une candidate en ayant contourné les règles, empochant au nez et à la barbe de se concurrents déjà exaspérés les 100 000 euros promis par la production ? La question se pose. Piégée par des têtes de crevettes, c’est moche, hein ?

A moins qu’une nouvelle fois on invoque la « main de Dieu » ? Interrogée par Telestar.fr, la prod’ baragouine d’obscures explications :

« Dans le règlement, rien ne stipule qu’elle n’avait pas le droit de le faire. Et puis, si Naöelle s’est servie, c’est parce qu’elle savait que ces têtes de crevettes restantes étaient du surplus, les restes de Yoni ».

Ah ok, j’y penserai la prochaine fois que je me « servirai » dans les affaires d’un collègue sans le prévenir. « Ah ouais, t’en avais encore besoin, de tes vingt euros ? Nan je sais pas, ils traînaient. Je me suis dit que c’était du surplus… »

De sanction il n’y aura donc point. Sale époque…

Ne nous reste plus qu’à espérer, alors, que Florent (ou Jean-Philippe, mais bon...) l’emporte, faisant finalement triompher la morale. Non mais.