Pamela Anderson dans une publicité sexiste censurée - vidéo

Pamela Anderson dans une publicité sexiste censurée - vidéo
Pamela Anderson dans une publicité sexiste censurée - vidéo
Dans cette photo : Pamela Anderson
Une publicité réalisée pour le site CrazyDomains.co.uk avec Pamela Anderson a été censurée en Grande-Bretagne par l'Advertising standards authority (ASA), car jugée sexiste et dégradante pour les femmes.
A lire aussi


L’Advertising standards authority (le CSA britannique) a censuré un spot publicitaire mettant en scène la sexy Pamela Anderson. Motif ? la vidéo serait « sexiste et dégradant pour l’image de la femme ».

La publicité incriminée, produite pour le site CrazyDomains.co.uk, présente Pamela Anderson en réunion de travail, vêtue d'un tailleur au décolleté ultra pigeonnant, et s'adressant à un conseil d'administration exclusivement masculin. Au plan suivant, on accède aux pensées de l'un des collaborateurs : Pamela Anderson y danse en bikini le corps recouvert de crème, avec sa collègue sexy.

Si le film a de quoi séduire plus d'un homme britannique, cela n'a pas été le cas pour l'Advertising standards authority (ASA), qui, après avoir reçu quatre plaintes, a décidé d'interdire sa diffusion, auparavant autorisée après 21h.

L’ASA a jugé que les femmes étaient présentées comme des personnages très sexuels tout au long de la publicité. « Nous avons considéré que cette scène donnait l’impression que l’homme voyait ses collègues comme des objets sexuels. En conséquence, la publicité peut offenser certains spectateurs pour son caractère sexiste et dégradant envers les femmes », écrit-elle.

Le site CrazyDomains.co.uk a tenu à se justifier, arguant que la pub mettait au contraire les femmes en valeur : le principal personnage féminin est « une chef d’entreprise, attirante, dynamique et sûre d’elle », et le principal personnage masculin « est présenté comme un nerd qui manque de confiance en lui ».

Elodie Cohen Solal




VOIR AUSSI

Le Top 10 des pubs les plus sexistes
Publicité sexiste avec Berlusconi : Ford Inde s'excuse
Publicité sexiste : les Français ne voient pas les stéréotypes