Jean-Luc Reichmann et la gentillesse : l’animateur de TF1 répond au chroniqueur de "Touche pas à mon Poste"

Jean-Luc Reichmann et la gentillesse : l’animateur de TF1 répond au chroniqueur de "Touche pas à mon Poste"
Jean-Luc Reichmann et la gentillesse : l’animateur de TF1 répond au chroniqueur de "Touche pas à mon Poste"
Dans cette photo : Jean-Luc Reichmann
Jean-Luc Reichmann n'apprécie pas que sa gentillesse soit mise en doute. Invité ce jeudi matin de Jean-Marc Morandini dans le cadre du « Grand Direct des Médias » sur Europe 1, l'animateur de TF1 est revenu sur les accusations de Christophe Carrière datant de novembre dernier. Le chroniqueur de « Touche pas à mon Poste » avait alors déclaré que Jean-Luc Reichmann n'était pas un « vrai gentil ».
A lire aussi


À en croire Christophe Carrière, Jean-Luc Reichmann serait loin d'être l'animateur le plus aimable du paf. En novembre dernier, le chroniqueur de « Touche pas à mon Poste » avait en effet affirmé que l'animateur des « Douze coups de Midi » était plutôt désagréable. « Il faut dire la vérité aux Français, Jean-Luc Reichmann n'est pas un vrai gentil », avait-il lâché, rapportant que selon ses informations, il n'était pas assez proche de son public. « Il faut qu'il se méfie de la façon dont il se comporte avec les équipes techniques et le petit personnel comme on dit ! », avait-il encore conseillé.

Des accusations que n'avait forcément pas appréciées le principal intéressé et sur lesquelles il est revenu ce jeudi matin dans « Le Grand Direct des Médias » sur Europe 1. Au micro de Jean-Marc Morandini, Jean-Luc Reichmann s'est dit « vraiment sincèrement peiné » par les propos de Christophe Carrière. « Je pensais qu'on avait un plus de professionnalisme dans cette équipe. Cette information n'a pas été vérifiée », a-t-il lancé. Et de poursuivre : « J'ai des collaborateurs qui travaillent avec moi depuis des dizaines d'années, depuis le début des "Z'amours", qui sont là main dans la main avec moi. Il suffit de leur parler. Je dis "bonjour" tous les jours à tout le monde ! Je trouve cette réflexion totalement irrespectueuse non seulement pour mes équipes, mais aussi pour le public. C'est vraiment scandaleux de balancer des trucs comme ça ». Plus tard, devant les caméra du figaro.fr, il a dénoncé l'hypocrisie de son détracteur, parlant d'un « monsieur qui me dit bonjour, a le sourire devant moi, me dit "Salut, ça va ?" et à un moment donné, il me dézingue ».