Les Enfoirés : Jean-Louis Aubert défend le spectacle

Les Enfoirés : Jean-Louis Aubert défend le spectacle
Les Enfoirés : Jean-Louis Aubert défend le spectacle
Rançon de la gloire, le spectacle des « Enfoirés » n'échappe pas au feu des critiques d'artistes qui estiment que la troupe est devenue une entreprise commerciale intéressée où de mauvais chanteurs assurent leur promotion. Jean-Louis Aubert, membre historique de la bande remet les pendules à l'heure dans une interview vidéo.
A lire aussi
Accusé de viol, l'auteur Nicolas Grégoire défend l'indéfendable sur Twitter
News essentielles
Accusé de viol, l'auteur Nicolas Grégoire défend...


Oui, les artistes invités aux Enfoirés profitent, tout en faisant un concert caritatif, d'une exposition médiatique puissante et efficace. Jean-Louis Aubert, dans une interview parue sur le Parisien.fr, s'est exprimé à propos des critiques qui ont déferlé le mois dernier au moment de la tournée des Enfoirés, show diffusé sur TF1 le 14 mars.
>> Les Enfoirés 2014 : Michèle Laroque défend la troupe <<

Saint Coluche

Le chanteur compositeur cherche à démystifier Coluche et son idée, en rappelant que l'humoriste lui-même avait en tête de combiner solidarité et promotion quand il a créé les Restos du Coeur : « J'étais à côté de Coluche quand il a eu l'idée des Restos , je connais l'histoire à la source. Il a dit "on va faire ces restos et ça va me faire de la promo" !» L'ex chanteur du groupe Téléphone explique ainsi sa perception de l'entreprise des Enfoirés, qu'il considère comme un « impôt doux », « on fait cette espèce de fête de fin d'année, ce karaoké géant, qui vaut ce qu'il vaut ; et plus l'éventail est large, plus l'auditoire est large. Mais c'est surtout un système qui fonctionne ! 75% des recettes des Restos sont générées par le Concert et le DVD, etc. »
Soucieux de recentrer le débat sur la véritable ambition du projet de Coluche -donner à manger à ceux qui n'ont plus rien-, Jean-Louis Aubert plaide pour qu'on reconnaisse qu'il ne s'agit pas seulement de générosité mais plutôt et surtout de business : « c'est un impôt que les gens ne savent pas qu'ils payent. Si vous préférez que les gens donnent 70€ par an pour les pauvres, essayez de leur soutirer. Bonne chance à vous ! » Cqfd.


Face aux critiques, Jean-Louis Aubert défend « Les Enfoirés » par leparisien

Dans l'actu