"La Parenthèse Inattendue" : Thierry Marx raconte son premier échec en tant que cuisinier - Vidéo

"La Parenthèse Inattendue" : Thierry Marx raconte son premier échec en tant que cuisinier - Vidéo
"La Parenthèse Inattendue" : Thierry Marx raconte son premier échec en tant que cuisinier - Vidéo
France 2 diffuse ce mercredi soir un nouveau numéro de « La Parenthèse Inattendue ». Frédéric Lopez recevra l'acteur Lambert Wilson, la chanteuse Rose et le chef doublement étoilé Thierry Marx. Ce dernier reviendra d'ailleurs sur son premier échec dans son incroyable parcours.
A lire aussi


S'il est aujourd'hui un chef renommé et respecté, la route qui a mené Thierry Marx à la cuisine n'a rien eu d'un long fleuve tranquille. En effet, dès le départ, le chef qui possède deux étoiles au Guide Michelin a dû apprendre à composer avec les obstacles comme lorsqu'à l'adolescence, il a voulu intégrer une école hôtelière. Problème, sa conseillère d'orientation lui refuse cette filière. Pour France 2 et devant les caméras de « La Parenthèse Inattendue », le spécialiste de la cuisine moléculaire a accepté de revenir sur cet épisode ; un témoignage qui sera diffusé ce mercredi soir.

>> Voir le replay de « la Parenthèse Inattendue » <<

« J'ai été orienté en mécanique générale »

« Pour moi, l'école hôtelière c'était le costume, le bien parler, l'élégance. Tout ce que je n'étais pas : ni élégant ni bien parler », raconte Thierry Marx à Frédéric Lopez. Et de poursuivre à propos de son entrée dans ce fameux cursus : « Je l'ai mal vécu à l'époque parce qu'elle (la conseillère d'orientation, ndlr.) me l'a refusé. Elle m'a dit "ce n'est pas pour des gens comme vous" ». Pour autant, le cuisinier de 51 ans ne montre aucune rancune. « Maintenant, c'est facile de juger, de dire que ce n'est pas juste, mais effectivement, à l'instant où elle me dit ça, ce n'est effectivement pas pour quelqu'un comme moi. J'avais un perfecto, je mettais des bottes de cow-boys, je ne pensais qu'à me foutre sur le nez avec tout le monde. Je n'étais pas fait pour faire l'école hôtelière », conclut-il. Finalement, le jeune homme est orienté vers une filière mécanique. Heureusement, il reviendra quelques années plus tard à son premier amour, la cuisine.