Jobs d'été : les entreprises abusent des CDI aux dépens des saisonniers

Jobs d'été : les entreprises abusent des CDI aux dépens des saisonniers
Jobs d'été : les entreprises abusent des CDI aux dépens des saisonniers
Les CDI sont de plus en plus imposés aux travailleurs saisonniers à la place de CDD. Avec cette pratique illégale, les employeurs évitent ainsi de régler la prime de précarité.
A lire aussi
À quand une "liste noire" des entreprises qui ne respectent pas l'égalité femmes-hommes ?
News essentielles
À quand une "liste noire" des entreprises qui ne...


CDI
ne rime pas toujours avec stabilité. Dans le cadre des emplois saisonniers, les employeurs sont en effet de plus en plus nombreux à imposer des contrats à durée indéterminée en lieu et place de CDD. Le CDI offre une solution plus flexible et moins coûteuse aux entreprises : la rupture de CDI ne donne pas droit à la prime de précarité (10% du salaire), et chacune des deux parties peut mettre fin sans motif au contrat au cours des deux mois de période d'essai, contrairement à un contrat à durée déterminée, pour lequel la période d'essai est plus courte et proportionnelle à la durée du contrat. Ainsi, pour un job d’été, l’entreprise peut aisément employer du personnel en CDI pour les mois de juillet et août et rompre le contrat à la fin de l’été, sans frais supplémentaires. D'après la CGT Commerce, les secteurs les plus touchés par cette pratique sont la restauration et le petit commerce, particulièrement dans les zones touristiques.

Les employeurs profitent souvent des jeunes précaires et étudiants à qui est destiné ce type d’emplois saisonniers, et qui méconnaissent les règles du droit du travail et leurs droits de salariés. Car pour un poste temporaire, le code du travail est pourtant clair : le CDD est la norme. Pourtant, rares sont les travailleurs saisonniers à se tourner vers les prud’hommes pour se plaindre de ces abus, qui pourtant leur vaudraient à coup sûr de prouver que leur employeur est dans l’illégalité. Dans ce cas, ce dernier devrait rembourser jusqu’à trois mois de salaire à l’employé lésé.

Sources : Le Parisien, challenges.fr
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Pôle emploi : 2000 agents supplémentaires en CDI d'ici la fin de l'année
Intérim : pourquoi pas vous ?
Emploi : les embauches à la baisse