Pour être bien payé, mieux vaut être populaire qu'intelligent

Pour être bien payé, mieux vaut être populaire qu'intelligent
Pour être bien payé, mieux vaut être populaire qu'intelligent
Avoir beaucoup d'amis dans sa jeunesse permettrait trente-cinq ans plus tard d'avoir un salaire plus élevé que les autres, selon une étude américaine. Les qualités indispensables pour devenir « populaire » au lycée seraient-elles donc les mêmes que celles qui permettent de bien gagner sa vie ? C'est en tout cas ce qu'avancent les chercheurs.
A lire aussi


La star du lycée serait-elle assurée d’avoir un bon salaire ? C’est l’hypothèse de chercheurs américains. En utilisant les données d’une étude de 1957, qui avait déterminé quels étaient les élèves les plus « populaires » sur un groupe de 10 000 jeunes diplômés de l’Université du Wisconsin, les scientifiques ont cherché à savoir lesquels avaient la meilleure situation. Résultat : ce ne sont pas les plus intelligents qui obtiennent les meilleurs salaires.

Les plus « populaires » gagnent en moyenne 2% de plus que les autres. Un chiffre à mettre en parallèle avec la différence de salaire entre le niveau d’études de deux élèves : une année supplémentaire équivaut « seulement » à 6% de revenus en plus. Quant aux élèves les moins « populaires », ils enregistrent une perte de 10% par rapport à ceux qui avaient le plus de succès au lycée.

Pour les chercheurs, l’explication la plus probables est que les qualités qui les rendent populaires sont les mêmes que celles qui les aident à gagner mieux leur vie : « Nous pensons donc que la mesure de la popularité telle que nous l’avons effectuée correspond à une mesure des compétences sociales d’un individu ». Par ailleurs, les auteurs ont identifié les facteurs de popularité : un environnement familial « chaleureux », suivi par l’intelligence. Le niveau de vie des parents n’aurait lui aucune influence.

Crédit photo : Lifesize

VOIR AUSSI

La parité progresse, les salaires ne suivent pas !
Emploi et salaires : les femmes gagnent 20% de moins que les hommes
Emploi et salaires : plus d'inégalités pour les classes moyennes