Religion au travail : une question de plus en plus importante dans les entreprises

Religion au travail : une question de plus en plus importante dans les entreprises
Religion au travail : une question de plus en plus importante dans les entreprises
Une enquête réalisée par Randstad et l'Observatoire du fait religieux en entreprise démontre que la religion sans être un problème « marginal » occupe une place croissante au sein des organisations françaises. Au plus prés de l'actualité en s'appuyant sur des histoires comme celle de la crèche Baby Loup dans les Yvelines, des élus UMP ont déposé une proposition de loi pour encadrer les pratiques religieuses dans le monde du travail. Retour sur les résultats de l'enquête et sur la proposition faite par la droite.
A lire aussi


L'enquête menée par Randstad et l'Observatoire du fait religieux sur la place occupée par la religion dans les entreprises indique que 28% des 210 directeurs des ressources humaines interrogés ont déjà dû gérer des questions liées au fait religieux au sein de leur entreprise. Seuls 6% de ces DRH avouent avoir cependant eu des complications dans des affaires liées à la religion. Malgré tout, ils sont 41% à s'entendre sur le fait que les questions liées au fait religieux en entreprise vont prendre de l'importance dans les années à venir. Du côté des managers de terrain, 80% indiquent ne pas ressentir de malaise face à cette question, même si 42% d'entre eux reconnaissent que cela influe sur leur façon de procéder lorsqu'ils y sont confrontés. Entre collègues, il semblerait que la question de la religion soit très peu abordée : 68% des sondés avouent ne pas connaître la religion de leur voisin de bureau. La pratique religieuse, même si elle est connue de tous au sein de l'entreprise, n'aurait d'ailleurs aucune influence sur le travail.

Un précédent : l'affaire de la crèche Baby Loup

La question du fait religieux en entreprise a refait surface avec l'affaire Baby Loup dans laquelle une directrice de crèche souhaitait renvoyer son employée qui venait travailler voilée. Affaire qui s'était soldée par une annulation du licenciement de la salariée concernée sur décision de la Cour de cassation. Le PDG de Randstad Abdel Aïssou pense que cette affaire a permis de faire un pas en avant. « Depuis, c’est comme si nous avions franchi une étape vers l’acceptation du fait religieux. Nous sommes sortis des faux semblants. » L'affaire Baby Loup a aussi démontré l'absence d'une législation claire et bien définie sur le sujet. L'UMP en a donc profité pour monter au créneau en déposant une proposition de loi sur la neutralité religieuse, qui doit être examinée à l'Assemblée le 6 juin prochain. Elle propose, d'après l'AFP, de modifier le code du travail pour qu'une entreprise ou une association puisse désormais réglementer le port de signes et les pratiques manifestant une appartenance religieuse.

VOIR AUSSI

Religion et internet
Crèche Baby Loup : mise à mal de la laïcité ou reconnaissance d'une discrimination ?

Port du voile : les Français favorables à un renforcement de la loi sur la laïcité