Najat Vallaud-Belkacem veut 40% de femmes entrepreneures en 2017

Najat Vallaud-Belkacem veut 40% de femmes entrepreneures en 2017
Najat Vallaud-Belkacem veut 40% de femmes entrepreneures en 2017
On compte aujourd'hui 30% de femmes entrepreneures en France, un chiffre que la ministre des Droits de femmes souhaite faire passer à 40% d'ici cinq ans. Pour réaliser cet objectif, annoncé lors du salon Planète PME, Najat Vallaud-Belkacem souhaite sensibiliser les filles dès le collège sur l'entrepreneuriat au féminin, et faciliter l'accès aux informations, notamment en mettant en place un site internet à la rentrée prochaine.
A lire aussi


Le gouvernement veut développer l’entrepreneuriat au féminin : c’est ce qu’a annoncé la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem lors du salon Planète PME, organisé par la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises. Aujourd’hui, on estime que seulement 30% des entrepreneurs sont des femmes. La ministre souhaite voir ce chiffre stagnant grimper à 40% d’ici 2017.

Un plan de développement de l’entrepreneuriat féminin

La ministre a déploré la faible participation des Françaises dans la création d’entreprise, rappelant que « moins de 3% des Françaises de 18-64 ans ont créé ou repris une entreprise en 2011, contre 4,5% en Allemagne et plus de 10% aux États-Unis ». Pour pousser les femmes à créer leur entreprise, la porte-parole du gouvernement a indiqué vouloir lutter contre le sentiment que « les filles ne seraient pas faites pour prendre des risques », en menant des campagnes de sensibilisation dès le collège, puis au lycée et pendant l’enseignement supérieur. Najat Vallaud-Belkacem souhaite voir dans le programme de 6e l’entrepreneuriat féminin « au titre de nouveau parcours individuel, d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel, prévu par la loi refondation de l’école ».

Autre priorité : améliorer l’accès à l’info et au financement

Pour la ministre, l’information est difficile d’accès, « trop dispersée » et « peu lisible », ce qui est un frein à l’entrepreneuriat féminin. Pour clarifier la situation, elle prévoit la création d’un « site de référence » dès la rentrée, qui hébergera également un « observatoire pour améliorer la connaissance sur les pratiques entrepreneuriales des femmes ».

En plus de la mise en place de plans régionaux, le gouvernement prendra des mesures pour « faciliter l’accès au financement », notamment à travers le fonds de Bpifrance qui accordera désormais « une attention particulière aux projets portés par des femmes ». La porte-parole du gouvernement a par ailleurs indiqué qu’« un fonds expérimental partenarial, associant la Caisse des Dépôts, les conseils régionaux, les organismes consulaires et les banques privées sera créé dans trois premières régions afin de compléter les financements actuels, avec des participations pouvant aller jusqu’à 35 000 euros par projet ».

Victoria Houssay

VOIR AUSSI

Club Terrafemina Lille : soirée "speed business" pour les jeunes entrepreneuses
Trentenaires et entrepreneuses : elles réseautent à la pause dèj'
Création d'entreprise : les statuts juridiques pour monter sa boîte