Pierre Gattaz : le patron du Medef s’engage sur la parité

Pierre Gattaz : le patron du Medef s’engage sur la parité
Pierre Gattaz : le patron du Medef s’engage sur la parité
Depuis le 3 juillet dernier, il est le nouveau président du Medef. Élu avec 95% des voix, Pierre Gattaz succède à Laurence Parisot et compte bien durcir ses positions. Côté égalité professionnelle, le nouveau patron des patrons souhaite que son mandat marque un réel tournant en matière de parité. Entretien.
A lire aussi
Le MEDEF planche sur la question de la parité
parité
Le MEDEF planche sur la question de la parité

Terrafemina : À quoi ressemblera le Medef sous votre présidence ?

Pierre Gattaz : Notre priorité, c'est l'économie. L'économique tire le social. Nous privilégions un combat positif, c'est-à-dire pour l'entreprise et l'emploi. Car la solution contre le chômage, c'est l'entreprise. Notre taux de chômage est dramatique, notre pays plonge pour plusieurs raisons - croissance atone, formation inadaptée- mais aussi en raison de contraintes législatives et réglementaires qui paralysent l'embauche. Les entreprises ont peur de recruter à cause d'un Code du travail trop complexe. Je souhaite impulser une mobilisation concrète et collective pour une France qui gagne.

Tf : L'égalité professionnelle est l'une des priorités de votre mandat. Pourquoi ? Quelle est votre analyse de la situation actuelle ?

P. G. : Effectivement. Je veux que mon mandat marque un réel tournant en matière d'égalité hommes-femmes. Mais pour être certain que le sujet soit pris en compte à sa juste valeur, il doit être transversal à l'ensemble des travaux du Medef. C'est pourquoi j'ai demandé à deux pôles de s'emparer de ce sujet. Le pôle « Entrepreneuriat et Croissance », présidé par Thibault Lanxade, traite de l'égalité et de la mixité, et celui intitulé « Prospective-France 2020 » traitera des « Richesse des diversités ». Richesse, pourquoi ? J'ai toujours considéré le capital humain comme étant le premier élément de la valeur d'une entreprise. Il faut que cesse cette inégalité des chances où dans une génération donnée, quels que soient les diplômes, les titres, les compétences, les mérites personnels, le développement professionnel est plafonné. L'entreprise permet l'épanouissement personnel.

Tf : Comment faire bouger les mentalités à ce sujet, selon vous ? Comment pousser les entreprises à s'investir pour l'égalité professionnelle ?

P. G. : Toutes les entreprises doivent mener une politique de ressources humaines volontariste jusqu'au plus haut niveau. Plus qu'une nécessité, la féminisation des équipes constitue un levier de progrès indispensable et un facteur de réussite permettant aux entreprises de gagner en souplesse, en résilience et en compétitivité. Nous avons besoin de toutes les compétences, nous avons besoin de tous les talents. Pour accompagner cette France qui gagne que je veux promouvoir, nous aurons besoin de tout le monde.

Tf : Quelles seront vos premières mesures en faveur de l'égalité hommes-femmes dans les entreprises ?

P. G. : Je souhaite mettre en place un « Test égalité » qui aura pour mission de vérifier que les propositions ou les mesures législatives ou réglementaires vont bien dans le sens de la parité et qu'elle n'affectent pas l'égalité hommes/femmes dans les entreprises. Les femmes ont un rôle majeur à jouer pour la compétitivité et pour rendre nos entreprises plus performantes. Dans un monde qui bouge, nos équipes devraient être le reflet de notre environnement en associant tous les talents.

Tf : Laurence Parisot a mis en place un processus et des travaux sur l'égalité professionnelle, la lutte contre les stéréotypes en entreprise, la conciliation vie privée-vie professionnelle, etc. Irez-vous dans le même sens ?

P. G. : Oui bien sûr. De très belles initiatives ont été lancées par Laurence Parisot et il reste encore beaucoup à faire. L'entreprise doit être un lieu où l'on s'épanouit, c'est le plus bel endroit au monde après la famille. C'est une cellule humaine où nous créons de la richesse, où nous offrons aux jeunes et aux minorités la possibilité de s'intégrer, où nous développons l'employabilité, où nous donnons de la compétence, où, en un mot, nous donnons de la dignité humaine. Et c'est ce que je voudrais justement incarner avec mon équipe. Je veux faire en sorte que les hommes et les femmes de notre pays et que la France, les politiques aiment l'entreprise.

Tf : Quelle est votre position concernant la loi-cadre sur l'égalité femmes-hommes qui a été présentée en Conseil des ministres le 3 juillet ?

P. G. : J'approuve le principe et l'objectif car encore une fois, l'entreprise c'est la réunion d'hommes et de femmes et de tous les talents. Mais attention à ne pas ajouter des contraintes ou des obligations aux entreprises, qui sont asphyxiées par les réglementations. Si nous libérons la compétitivité, nous pourrons avancer sur nos objectifs d'égalité professionnelle et non pas l'inverse. Soyons incitatifs et non pas coercitifs.

VOIR AUSSI

Élection du nouveau président du Medef : qui est Pierre Gattaz ?
Égalité professionnelle : au fait, on en est où ?
Salaires des grands patrons : des nouvelles règles plus strictes ?
Laurence Parisot pourrait se lancer en politique