Femmes au foyer : l'arrêt du travail souvent dû à une fin de CDD

Femmes au foyer : l'arrêt du travail souvent dû à une fin de CDD
Femmes au foyer : l'arrêt du travail souvent dû à une fin de CDD
Elles sont plus de 2 millions en France à avoir choisi de ne pas travailler, contre 3,5 millions il y a 20 ans. Une étude de l'Insee montre que le profil et les motivations des femmes au foyer a lui aussi évolué : plus diplômées, elles ont déjà travaillé et s'arrêtent souvent par découragement après la fin d'un CDD.
A lire aussi
Loi travail : comment les ordonnances d'Emmanuel Macron vont fragiliser les femmes
News essentielles
Loi travail : comment les ordonnances d'Emmanuel Macron...


L’image de la femme qui s’arrête de travailler pour se consacrer à sa progéniture a un peu vécu, et il semble que cette motivation ne concerne plus la majorité des mères au foyer. Une étude de l’Insee parue ce vendredi s’intéresse à l’évolution du profil de la femme au foyer entre 1991 et 2011.

Les femmes au foyer sont moins nombreuses

En 1991, on comptait 3,5 millions de femmes en couple âgées de 20 à 59 ans, qui n’étaient ni étudiantes, ni en activité, ni au chômage. En 2011, elles n’étaient plus que 2,1 millions. Cette diminution s’explique très logiquement par l’augmentation du nombre de femmes qui travaillent - 82% des 20-59 ans aujourd’hui, contre 73% en 1991-, mais pas que. La progression du divorce, et la propension au célibat des femmes contribue également à la baisse du nombre de femmes au foyer.

Les femmes au foyer sont plus diplômées

Si elles restent globalement d’un niveau de diplôme inférieur à celui des femmes actives, les femmes au foyer sont néanmoins plus diplômées qu’il y a 20 ans : 37% des femmes au foyer ont le Bac, contre 15% en 1991, et 10% ont au moins validé un Bac+3, contre 3% en 1991. Elles sont également plutôt plus jeunes, la situation de femme au foyer se concentrant davantage aujourd’hui sur les âges où les enfants sont jeunes. En effet, 57% des femmes au foyer sont des mères au foyer, et 18% d’entre elles ont trois enfants ou plus, contre 8% des femmes actives. 

Huit femmes au foyer sur dix en 2011 ont déjà travaillé

La plupart des femmes au foyer (79%) ont déjà exercé une activité professionnelle, même de courte durée, elles étaient déjà 76% en 1991. Mais les motivations de l’arrêt du travail ont sensiblement évolué durant ces vingt dernières années. En 1991, 59% des femmes au foyer disaient avoir cessé de travailler pour des « raisons personnelles », 10% en raison de la fin d’un contrat à durée déterminée (CDD), et 4% suite à un licenciement. Vingt ans plus tard, elles ne sont plus que 21% à arrêter pour des motifs personnels, mais 35%  suite à la fin d’un CDD, et 11% après un licenciement. L’étude relève néanmoins qu’en 2011, la cessation d’activité tend pour un plus grand nombre de femmes à être temporaire : ces interruptions de carrière surviennent le plus souvent chez les femmes ayant un ou des enfants de moins de trois ans.

Des indicateurs pour une retraite plus égalitaire

Cette étude paraît alors que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault planche sur la réforme des retraites. En ce qui concerne les femmes, les enjeux de l’égalité rejoignent les grandes observations de cette enquête : davantage concernées par les temps partiels et les contrats précaires, les femmes touchent des retraites inférieures à celles des hommes d’au moins un tiers. Elles souffrent également de pensions incomplètes à cause de leurs interruptions de carrières plus fréquentes : en 2008, 60% des femmes avaient validé une retraite complète, contre 77% des hommes.

VOIR AUSSI

Familles monoparentales : les nouvelles pauvres
En Allemagne, être mère ou femme active, il faut choisir
Hommes au foyer, divorces à la clé ?

Plus d'actu sur : L'égalité professionnelle, c'est pour quand ?

Hyperstress au travail : les femmes en première ligne
À partir du 3 novembre à 11h44, nous (les femmes) travaillerons gratuitement
Loi travail : comment les ordonnances d'Emmanuel Macron vont fragiliser les femmes