Pollen, chaleur et pollution : le cauchemar des allergiques

Pollen, chaleur et pollution : le cauchemar des allergiques
Pollen, chaleur et pollution : le cauchemar des allergiques
Avec la hausse des températures, la pollution atmosphérique est à son paroxysme. Mais chaleur, pollution et pollen forment un cocktail explosif, notamment pour les voies respiratoires des personnes allergiques et asthmatiques.
A lire aussi


Pollen, chaleur et pollution ne font pas bon ménage. En effet, depuis le retour du beau temps, les pics de pollution se banalisent et se généralisent, formant, avec le pollen, un cocktail explosif pour les voies respiratoires des plus fragiles. « La pollution crée une irritation des voies respiratoires, qui les rend plus vulnérables, au contact avec les pollens », a en effet expliqué Sophie Silcret, allergologue parisienne, sur l’antenne d’Europe 1. Et d’ajouter : « un grain de pollen c'est un peu comme une noix, avec une coque, et à l'intérieur une protéine allergisante. La pollution a un rôle d'abrasion de la coque, et la protéine exerce d'autant plus son pouvoir allergisant »
Cette pollution qui a atteint le seuil d’alerte un jour sur trois, en région parisienne, depuis le mois de janvier, et qui le dépasse aujourd’hui, peut avoir de graves conséquences sur la santé des enfants en bas âge, des personnes âgées et, surtout, des allergiques et/ou asthmatiques. L'allergologue recommande donc aux personnes sensibles d'éviter les promenades ou les efforts physiques à l'extérieur, en milieu de journée, lors des pics de pollution.

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Le printemps est là… les allergies aussi !
L’enfer des allergies respiratoires
La moitié des Français préoccupée par les allergies respiratoires
6e Journée de l'allergie : quand les enfants dessinent leurs maux