« 5 fruits et légumes par jour », une campagne néfaste ?

« 5 fruits et légumes par jour », une campagne néfaste ?
« 5 fruits et légumes par jour », une campagne néfaste ?
Une étude de l'Ecole de management de Grenoble met en doute l'efficacité de la campagne de lutte contre l'obésité, « Pour votre santé, mangez 5 fruits et légumes par jour ». Selon les résultats de l'enquête, ce slogan aurait un effet néfaste sur les comportements alimentaires.
A lire aussi
Surgelés, en conserve ou frais : comment manger des fruits et des légumes pas cher ?
Mag
Surgelés, en conserve ou frais : comment manger des...


« Pour votre santé, mangez 5 fruits et légumes par jour ». Ce slogan de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), bien connu des Français, accompagne depuis quelques années les messages publicitaires pour les produits alimentaires. Pourtant, si l’on en croit une récente étude réalisée par deux professeurs de l’Ecole de management de Grenoble, il aurait un effet néfaste sur les comportements alimentaires.

L’enquête, menée sur un échantillon de 130 étudiants, consistait à leur montrer aléatoirement une publicité pour un aliment riche en graisse et calories (type hamburger) accompagnée ou non du fameux message de prévention. Et contre toute attente, invités ensuite à choisir entre un bon pour une glace ou pour un sachet de fruit, les étudiants n’ayant pas vu le message sanitaire se tournaient deux fois plus vers les fruits.

Pour expliquer cette apparente contradiction, les chercheuses émettent l’hypothèse que, se pensant à l’abri de l’obésité grâce au fait de répondre positivement dans leurs habitudes de vie au message de 5 fruits et légumes par jour, les étudiants exposés au slogan peuvent alors se permettre de manger plus gras ou plus sucré. Ainsi, au lieu d’inciter à manger mieux, cette campagne de prévention aurait davantage pour effet de déculpabiliser les consommateurs lors de leurs repas.

Dans sa conclusion, l’étude recommande donc de résoudre cette contradiction en dissociant tous les messages sanitaires des campagnes publicitaires alimentaires. Quant à l’Inpes, il travaille actuellement sur la refonte de cette campagne sanitaire de lutte contre l’obésité.

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Obésité infantile : la télévision en cause ?
Obésité : « Réduire une personne à son poids, c'est l'empêcher de trouver une solution »
Equilibre alimentaire : « L'idée n'est pas de stigmatiser tel ou tel produit »
Les Français, champions du grignotage