Arrêter de fumer : le soutien au sevrage par SMS,ça marche !

Arrêter de fumer : le soutien au sevrage par SMS,ça marche !
Arrêter de fumer : le soutien au sevrage par SMS,ça marche !
Pour que les politiques de lutte contre le tabac agissent efficacement, elles doivent s'adapter à la modernité. C'est le cas de certains programmes de santé publique qui sont désormais transmis via les téléphones portables. Une aide utile aux fumeurs en sevrage, selon une étude néo-zélandaise parue dans la bibliothèque Cochrane.
A lire aussi


« Le téléphone portable fait désormais partie de la vie quotidienne, notamment celle des jeunes adultes. C'est un moyen de délivrer des messages de santé publique qui s'avère efficace, et sans doute moins coûteux que les lignes d'assistance téléphonique. » Les chercheurs de l’université d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, ont remarqué que l’envoi de soutien par SMS aux fumeurs en voie de sevrage leur apporte une aide très efficace. Ils ont constaté que le bénéfice de ces messages sur mobile peut être selon les études jusqu'à deux fois supérieur par rapport à un groupe témoin qui ne reçoit pas cette aide.

L’étude, publiée dans la bibliothèque Cochrane spécialisée dans la recherche médicale, assure également que cette forme d’accompagnement multiplie les chances pour les fumeurs en phase d’arrêt d’être abstinent six mois après leur dernière cigarette

Les chercheurs doivent encore effectuer de nouvelles recherches sur les applis censées aider à l’arrêt de la cigarette, la nouvelle forme de soutien plébiscitée par les fumeurs en phase de sevrage. Si certaines sont créées par des entreprises pharmaceutiques et vantent donc le côté médical de l’arrêt, des développeurs ont saisi le filon et ont inventé des applis plus ludiques, avec un système de récompense par points. Des « outils qui peuvent être intéressants », selon Christophe Leroux, porte-parole de la Ligue contre le cancer, mais qui impliquent que les fumeurs aient déjà pris la décision d’arrêter de fumer avant de les télécharger et de les utiliser.

Lire l’étude parue dans la bibliothèque Cochrane (en anglais)

Crédit photo : AbleStock.com

VOIR AUSSI

Journée mondiale sans tabac : « Je fume et j'assume »
Arrêter de fumer : avant 40 ans, les femmes gagnent 9 ans d'espérance de vie
Tabac : un Français sur trois fume
Papas fumeurs : l'ADN du bébé en danger