Pilule : la contre-offensive des gynécologues

Pilule : la contre-offensive des gynécologues
Pilule : la contre-offensive des gynécologues
Après la publication d'un article du Monde faisant état les liens entre quatre gynécologues et des laboratoires pharmaceutiques dans l'affaire des sur-prescriptions de pilules de dernière génération, la profession se défend. Dans un manifeste rendu public mardi, près de 1 300 médecins affirment n'être « ni achetés, ni vendus ».
A lire aussi


Alors que le ministère de la Santé et l’agence du médicament ANSM ont annoncé leur intention de diminuer les prescriptions des pilules de dernière génération, un article du Monde avait mis en cause le 11 janvier dernier quatre gynécologues de renom, dénonçant leur proximité avec des laboratoires pharmaceutiques.

Dans un manifeste lancé à l'initiative du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), de la Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale (FNCGM) et de la Société française de gynécologie (SFG) et signé par près de 1 300 gynécologues, la profession se défend : « Nous travaillons tous pour le bien des femmes, avec l'industrie pharmaceutique, dans le respect de la loi et de l'éthique médicale et dans la transparence. Nous ne sommes pour autant ni achetés, ni vendus ».

Ils montrent par ailleurs leur soutien à leurs collègues cités dans l’article du Monde : « Suite à l'article du Monde du 11 janvier 2013 et à la mise en cause de nos collègues, nous, gynécologues et gynécologues-obstétriciens publics et libéraux, leur manifestons notre soutien personnel et professionnel ».

Les pilules de dernière génération, qui présentent un risque cardiovasculaire accru, sont actuellement utilisées par 2,5 millions de femmes. À l’avenir, médecins et gynécologues devront justifier la prescription de pilule de 3e ou 4e génération, qui ne devra être faite qu’en seconde intention.

VOIR AUSSI

Pilule 3G/Médiator : l’industrie pharmaceutique écrit-elle les lois de la République ?
Abandonner la pilule 3e génération pour celle de 2e génération : une bonne idée ?
Pilule de 3e génération : changer de contraception, est-ce la solution ?
Pilule de 3e génération : une ligne d'appel pour rassurer les femmes

Plus d'actu sur : Pilule 3e génération : notre dossier spécial

Pilule : les femmes préfèrent désormais le stérilet... et la contraception d'urgence
Diane 35 : la pilule anti-acné de retour sur le marché mais...
Pilule 3G et 4G : une nouvelle étude confirme les risques vasculaires