Diabète et insuline : une découverte pourrait révolutionner la vie des malades

Diabète et insuline : une découverte pourrait révolutionner la vie des malades
Diabète et insuline : une découverte pourrait révolutionner la vie des malades
« Un formidable espoir. » C'est ainsi que les médias décrivent la découverte d'une équipe américaine de chercheurs. Ces derniers viennent en effet de trouver le moyen de  remplacer les injections quotidiennes d'insuline auxquelles sont contraints les diabétiques pour équilibrer leur glycémie, par une seule piqûre hebdomadaire.
A lire aussi
Cette pilule contraceptive sans hormone pourrait révolutionner la vie des femmes
News essentielles
Cette pilule contraceptive sans hormone pourrait...


Cette découverte pourrait améliorer la vie des quelque trois millions de diabétiques que compte la France. Des chercheurs de l’Université de Caroline de Nord et du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge viennent en effet de trouver un moyen de remplacer les injections pluriquotidiennes d’insuline auxquelles doivent se soumettre les malades pour équilibrer leur taux de sucre dans le sang (glycémie) par une seule piqûre hebdomadaire.  

Les scientifiques ont ainsi mis au point une insuline dite « en nanoréseau », ce dernier étant formé d’une chaîne microscopique de molécules biologiques facilement injectable par les seringues habituelles. « Le nanoréseau a la particularité d'être formé d'enzymes qui vont libérer l’insuline engluée en fonction de la glycémie », précise le figaro.fr. Ainsi, si le taux de glycémie est normal, l’insuline sera bloquée et sera en revanche libérée si le taux de sucre dans le sang augmente. En bref, le dispositif fonctionnera comme le fait le pancréas d’une personne ne souffrant pas de diabète. « Comme un système de valves intelligentes, la libération d'insuline à travers le nanoréseau est facilitée à des hauts taux de sucre et inhibée aux bas niveaux », précisent en effet les chercheurs dans la revue spécialisée American Chemical Society Nano.

Jusqu’à aujourd’hui, les expériences visant à lier l’insuline à un support capable de la libérer pendant plusieurs jours ont toutes échoué, le mécanisme diffusant l’hormone trop rapidement ou trop lentement et conduisant à des hypoglycémies et à des hyperglycémies. Pour l’heure, l’expérience n’a été réalisée que sur des souris diabétiques, mais elle a toutefois permis de normaliser leur glycémie pour une période supérieure à une semaine avec une seule injection.

VOIR AUSSI

Le diabète, facteur de discrimination à l'embauche ?
Diabète : 1 personne sur 3 cache sa maladie au travail
Le diabète chez l’enfant, un mal qui gagne du terrain
Les boissons light favorisent le diabète de type 2 chez les femmes