Des pesticides dans tous les vins, même bio

Des pesticides dans tous les vins, même bio
Des pesticides dans tous les vins, même bio
Grands crus, vins de table et même vins bio : tous contiendraient des pesticides, selon une étude de l'association de consommateurs « UFC-Que Choisir » qui a analysé 92 bouteilles issues de toutes les régions de France. Mais si les taux de résidus sont très variables d'un cru à l'autre, tous sont nettement inférieurs aux seuils de toxicité.
A lire aussi


La France est le premier utilisateur européen de pesticides (62 700 tonnes en 2011) et ses vignobles ne sont pas épargnés. Une étude conduite par l’association de consommateurs « UFC-Que Choisir » sur 92 bouteilles (de 1,6 à 15 €) issues de toutes les régions de France a montré que 100% d’entre elles contenaient des pesticides. Et, ce, qu’ils s’agisse de vins rouges, de blancs, de rosés, de grands crus ou même de vins bio. Des traces de résidus ont, en effet, été trouvées dans toutes les bouteilles, à des taux heureusement inférieurs aux seuils de toxicité. En revanche, précise l’association de consommateurs, au regard des « limites maximales de résidus » (LMR) en vigueur pour l'eau, la plupart des vins ne pourraient pas être vendus.  Mais en France, il n’existe pas de LMR pour le vin.

De faibles teneurs en pesticides dans les vins bio

Au total, 33 molécules sur les 165 recherchées ont été détectées dont certaines, révèle l’association de consommateurs, sont interdites en France. Et il n’est pas rare de trouver 9 à 10 molécules  différentes dans certaines bouteilles. La palme revenant à un Mouton-Cadet 2010 où 14 molécules différentes ont été détectées. Dans l’ensemble, les vins du sud-ouest sont les plus concernés : les intempéries plus fréquentes expliquant les taux élevés de pesticides utilisés pour lutter contre les maladies. Les vins de Provence et ceux de la vallée du Rhône s’en sortent donc mieux. Les vins bio, enfin, ne contenaient qu’un ou deux résidus à l'état de traces. Des chiffres liés à la présence voisine de parcelles cultivées en agriculture traditionnelle. Mais, l’étude « UFC-Que Choisir » souligne tout de même que quatre de ces bouteilles sur dix hébergeaient des teneurs non négligeables de phtalimide, un fongicide anti-mildiou.

VOIR AUSSI

Les bienfaits du vin rouge sur la santé se confirment
Foire aux vins 2013 : comment faire de bonnes affaires ?
Wine by One : "Rendre le vin accessible à tous"
Quelle bouteille pour quelle occasion : choisir son vin sans se rater