La loi Veil : 35 ans après, c’est compliqué

La loi Veil : 35 ans après, c’est compliqué
La loi Veil : 35 ans après, c’est compliqué
Dans cette photo : Roselyne Bachelot
La France fête les 35 ans de la loi Veil. Mais selon un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), rendu aujourd’hui à Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports, l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et la contraception reste compliqué pour les adolescents.
A lire aussi
La loi Veil a 42 ans et le combat ne semble (malheureusement) pas terminé
News essentielles
La loi Veil a 42 ans et le combat ne semble...

Pour l’Igas, la loi de 2001 qui a porté le recours à l’IVG de dix à douze semaines et qui était censée faciliter l’accès à la contraception, « a marqué de réels progrès » mais reste fragile. La France représente un vrai paradoxe avec un taux de natalité et un taux de diffusion de la contraception très élevés mais aussi un taux d’IVG « très important », 200 000 par an, rapporte l’AFP.

Le manque d’informations sur la sexualité et la contraception, notamment chez les adolescents, serait à l’origine de cette situation contradictoire. Les deux tiers des jeunes filles en classe de 3ème  « pensent encore qu'on ne peut pas tomber enceinte lors du premier rapport sexuel ». « Avec Luc Chatel, ministre de l’Education, nous allons mettre le paquet sur l’information en milieu scolaire », a affirmé Roselyne Bachelot dans un entretien pour le Parisien paru ce mardi.

Dans son rapport, l’Igas incite le gouvernement à faire « des campagnes  de communication sur la contraception » plus fréquemment, à revoir le coût des moyens contraceptifs à la baisse, mais aussi à faciliter l’accessibilité aux centres de planification familiale.

La ministre de la Santé et des Sports a indiqué vendredi qu'elle préparait des mesures pour garantir un égal accès à l'avortement sur le territoire ainsi qu’une consultation médicale gratuite et anonyme pour les mineures.

Stéphanie Marin

ALLER PLUS LOIN :

Pour en savoir plus sur l'avortement , cliquez ici.