Prothèses mammaires PIP : le retrait des implants remboursé

Le comité de suivi des victimes des prothèses mammaires PIP a eu lieu hier au ministère de la Santé. Les femmes porteuses de ces implants devraient être accompagnées et remboursées pour leur opération d'explantation. Huit cas de cancer suspects ont été relevés par l'Afssaps, qui ne confirme pas encore leur lien avec les prothèses défectueuses.
A lire aussi


Le Directeur général de la Santé (DGS), Jean-Yves Grall, présidait hier le comité de suivi des femmes porteuses de prothèses PIP. A cette occasion l’Afssaps a signalé huit cas de cancer parmi des femmes porteuses de ces implants mammaires, sans qu’on puisse toutefois établir avec certitude le lien direct entre les prothèses et la maladie. Cinq cancers du sein ont été déclarés, une leucémie, un lymphome de l’amygdale, et un lymphome du sein qui est à l’origine d’un décès. Ces données devraient être régulièrement mises à jour par la DGS.

En attendant des recommandations précises des autorités sanitaires d’ici huit jours, la DGS encourage les femmes concernées à consulter leur chirurgien pour se faire examiner : « elles doivent bénéficier systématiquement d’un examen clinique et des examens radiologiques appropriés », indique Jean-Yves Grall. Tout indice de rupture ou suintement d’une prothèse devrait entraîner l’explantation des deux prothèses, certains praticiens recommandent même le retrait préventif.

Pour ces opérations, il est question de favoriser un remboursement complet des victimes, d’après la DGS :  « Toutes les femmes porteuses d’implants PIP seront remboursées de leurs frais médicaux et chirurgicaux liés à l’explantation. Les femmes qui relèvent d’une reconstruction après chirurgie du cancer du sein seront également remboursées de la pose d’une nouvelle prothèse ». Les chirurgiens devraient donc être encouragés à éviter les dépassements d’honoraires.

Poly Implant, la société varoise de fabrication de prothèses, a été mise en liquidation judiciaire pour avoir utilisé un gel de silicone industriel inadapté à un usage médical, favorisant les fuites à travers l'enveloppe de l'implant et pouvant la fragiliser jusqu'à la rupture.

En France, 30000 femmes sont porteuses de prothèses de la marque « Poly Implant Prothèses », et 2000 ont déposé plainte pour le moment. Celles-ci pourront bénéficier d’une indemnisation auprès des la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI). Une nouvelle réunion du Comité de suivi se tiendra le mois prochain.

Numéro vert pour toute information sur le sujet : le 0800 636 636.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Prothèses mammaires PIP : les victimes manifestent à Paris
Prothèses mammaires : Edwige, premier décès d'une victime PIP
Prothèses PIP : information judiciaire contre X pour homicide involontaire
L'Afssaps incite les femmes à faire retirer leurs implants mammaires PIP