Roselyne Bachelot : opéra, rose et régime, son programme chic et choc

Roselyne Bachelot : opéra, rose et régime, son programme chic et choc
Roselyne Bachelot : opéra, rose et régime, son programme chic et choc
Métamorphosée. C’est le mot qui vient à l’esprit quand on observe la toute nouvelle silhouette de la ministre qui a perdu 20 kilos sans véritablement suivre de régime, mais simplement en faisant preuve d’un peu de volonté. Roselyne Bachelot se confie cette semaine au magazine Gala et revient sur de nombreux sujets qui lui sont chers.
A lire aussi

Grande amoureuse de la politique depuis son plus jeune âge, Roselyne Bachelot est une figure importante de la vie politique française. Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Bachelot a beaucoup changé ces dernières semaines et elle arbore désormais un tout nouveau look, allégé de 20 kilos. Son secret ? Une vie plus équilibrée, moins de sucre et un peu d’exercice. Mais surtout ne jamais oublier de vivre.

« J’ai donc changé complètement mon mode de vie. J’ai perdu 20 kilos ! Je ne suis aucun des régimes qui font actuellement la une des magazines. J’ai simplement réduit les portions, et j’évite le sucre et le gras. Et surtout, je mange de tout, sinon il n’y a pas de vie sociale possible et vous vivez dans la frustration. Je bois beaucoup d’eau et de thé vert et je fais deux à trois fois par semaine des exercices de gym et de stretching avec une coach formidable. »

Mais pas question pour cette grande amatrice d’opéra de changer de look pour autant, pas même si le premier ministre le lui demande ! Alors, oui, Roselyne continuera à s’habiller en rose, même si ça fait beaucoup parler les autres.

« Ma mère m’habillait en rose, peut-être à cause de mon prénom. Je veux rester moi-même. »

Source : Gala

Crédit photo : Voici

VOIR AUSSI

Trop gros ? Moins de points au Bac pour le Dr Dukan !

L'option régime de Dukan au Bac : « une catastrophe pour les adolescents »

Bien manger en attendant bébé : un régime spécial grossesse

Obésité : le régime Weight Watchers, ça marche