Des sous-vêtements antiradiations pour protéger son intimité dans les aéroports

Des sous-vêtements antiradiations pour protéger son intimité dans les aéroports
Des sous-vêtements antiradiations pour protéger son intimité dans les aéroports
Afin de renforcer les mesures de sécurité, certains aéroports ont introduit depuis mars dernier les controversés scanners corporels. C'est dans un souci de protection de l'intimité qu'une société américaine a créé des sous-vêtements antiradiations.
A lire aussi
Contraception : peut-on se protéger tout en étant écolo ?
News essentielles
Contraception : peut-on se protéger tout en étant écolo ?

Avec les scanners corporels, "on distingue une silhouette, les volumes, les formes", selon un représentant de HTDS, entreprise spécialisée dans les scanners. Et là se trouve le problème. Désormais, les passagers aériens soucieux de préserver leur intimité lors du passage corporel peuvent dissimuler leurs parties intimes grâce à des culottes, soutiens-gorges et caleçons vendus par la société Rocky Flats Gear. Il faut compter entre 20 et 50 dollars pour se les procurer, l'entreprise accordant des réductions aux familles et aux voyageurs fréquents ainsi que la livraison offerte. Bien que la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés), recommandait de faire en sorte que le personnel ne puisse pas voir en même temps l'image holographique et l'image réelle des voyageurs, de limiter la conservation des images "à la durée nécessaire au contrôle" et de sécuriser la transmission informatique des images des passagers, l'exercice semble difficile pour bon nombre de voyageurs. C'est en 2007 que l'administration américaine chargée de la sécurité des transports, la TSA (Transportation Security Administration), a commencé à utiliser ces scanners corporels dans les aéroports du pays. Environ 315 scanners intégraux à rayons X sont utilisés actuellement dans 65 aéroports américains.

Chloé Dubois

VOIR AUSSI

Une mauvaise blague sur Twitter coûte cher à un Britannique dans un aéroport
Mais que valent les vols low-cost ?

Dans l'actu