Aéroport : une mauvaise blague sur Twitter coûte cher à un Britannique

Aéroport : une mauvaise blague sur Twitter coûte cher à un Britannique
Aéroport : une mauvaise blague sur Twitter coûte cher à un Britannique
Un internaute britannique excédé par les retards d’une compagnie aérienne "twitte" un message rageur voire provocateur à son égard et se retrouve suspecté de terrorisme.
A lire aussi
Etudiants : La rentrée universitaire va coûter cher
argent
Etudiants : La rentrée universitaire va coûter cher

Paul Chambers ne "Twittera" sans doute plus sous le coup de la colère. "Et merde ! L'aéroport Robin-Hood est fermé. Je vous laisse une semaine pour vous reprendre, sinon j'explose l'aéroport en mille morceaux !" Voici le message que cet internaute britannique énervé "twitte" alors que son avion qui doit l’emmener en vacances est retardé pour cause de neige. Il n’en fallait pas moins, soit 140 caractères, pour qu’il soit mis en garde à vue, inculpé de fausse alerte à la bombe, perde son travail, et soit finalement condamner à payer une amende de 3000 euros. Depuis les attentats de Londres, le Terrorism Act voté en 2006 punit la diffusion de publications terroristes. Un conseil : évitez les blagues de mauvais goût dans les aéroports !

VOIR AUSSI

Twitter, le nouveau Facebook ?
Twitter fait peau neuve
Comment fonctionnent les réseaux sociaux ?

Dans l'actu