Sexiste en cage, appel au viol sur eBay et pub censurée : les machos de la semaine

Sexiste en cage, appel au viol sur eBay et pub censurée : les machos de la semaine
Sexiste en cage, appel au viol sur eBay et pub censurée : les machos de la semaine
Un gorille qui méprise les femelles, la Smerep incomprise et des t-shirts du plus mauvais goût vendus sur eBay... Voici notre baromètre hebdomadaire du sexisme (extra)ordinaire.
A lire aussi

Patrick, gorille et macho incurable ?

On qualifie parfois les plus beaux spécimens machos de mi-homme, mi-gorille. Pourtant, il n’est pas nécessairement dans les habitudes du grand singe de se comporter en homme des cavernes avec la gent féminine. La preuve, le zoo de Dallas a décidé d’envoyer Patrick, 24 ans et 195 kg, en thérapie pour soigner sa manifeste tendance au sexisme. Car depuis 18 ans, Patrick a du mal à communiquer et à respecter les femelles qu’on lui a présentées. Récemment, il a même mordu une de ses congénères et aurait clairement « ricané avec mépris » face à d’autres dames de son espèce, rapporte le Daily Beast. Impossible donc de le laisser s'approcher des femelles et aucun espoir, dans cette situation, qu'il se reproduise un jour. Pendant quelques temps, Patrick va donc vivre en célibataire dans un zoo de Caroline du Sud spécialiste des problèmes comportementaux des gorilles.

La Smerep : sa campagne tout en clichés censurée

La plainte de Najat Vallaud-Belkacem date de juillet mais le couperet n’est tombé que cette semaine : le jury de la déontologie publicitaire a demandé à la Smerep de retirer sa dernière campagne de pub. Une série de vidéos qui se voulait décalée. Elle l’est. Mais selon le ministère des Droits des femmes, elle véhicule aussi et surtout des stéréotypes dénigrants, « proposant aux jeunes d’entrer dans des catégories figées et rétrogrades d’hommes sujets et des femmes objets ».

La saynète qui a le plus choqué est celle mettant en scène une blonde écervelée qui vit dans une chambre rose et explique avoir choisi la mutuelle étudiante pour recevoir un catalogue de t-shirts.

Les Chiennes de garde ont pour leur part dénoncé une campagne qui joue « clairement sur le registre des stéréotypes stigmatisants : la blonde "nunuche", la littéraire gauchiste microrévolutionnaire, la Parisienne très parisienne, le dragueur-lourd et le mou drogué aux pixels ». Sa pétition n’a cependant réuni que 463 signatures. De son côté, la Smerep a dénoncé cette censure, qu’elle juge « politique ». Elle ne pouvait pourtant rêver meilleur coup de pub pour sa campagne...


« J’ai comme des envies de viol »... Le t-shirt qui fait tache sur eBay

« Sympa ta nouvelle copine, c’est quoi sa race ? » Ce slogan figurait sur des t-shirts en vente sur eBay jusqu’en début de semaine. C’est le groupe Everyday sexism qui a rendu publique sa stupéfiante découverte et a demandé à ses quelque 94 000 followers de signer une pétition adressée à eBay. Plus choquant encore, comme l’explique The Guardian, depuis quelques semaines, d’autres t-shirts de cette collection affichaient des slogans assimilables à des appels à l’agression sexuelle : « J’ai comme des envies de viol », « Parfois un non veut dire oui » ou encore « Je préfère les enfants »...

La dérision autour de ce crime qu’est le viol, la porte-parole d’Everyday sexism le combat quotidiennement en diffusant, sur Internet, des témoignages édifiants de victimes du sexisme ordinaire. C’est une fois de plus grâce aux réseaux sociaux que Laura Bates est parvenue à mobiliser les foules et à avertir eBay qui s’est fendu, sur Twitter, d'un mot de remerciements à l'attention de ceux qui lui ont permis de dénicher la liste complète des produits de cette collection. Pour l’heure, certains de ces t-shirts sont encore en vente sur Amazon notamment.

Dans l'actu