Vivement dimanche: les 5 meilleurs films de Lambert Wilson - vidéos

Vivement dimanche: les 5 meilleurs films de Lambert Wilson - vidéos
Vivement dimanche: les 5 meilleurs films de Lambert Wilson - vidéos
Dans cette photo : Lambert Wilson
A lire aussi

Lambert Wilson a connu un parcours pour le moins atypique. De son prix Jean-Gabin obtenu pour son rôle dans « Hiver 54, l'abbé Pierre », à son rôle du Mérovingien dans « Matrix revolution », il semble en effet y avoir un monde. Sa carrière est remplie de petits chefs d’oeuvres d’interprétation parmi lesquels on peut citer « Jefferson à Paris », « Palais royal ! », et bien sûr, « Des hommes et des Dieux ».

Lambert Wilson adoubé par la critique s’était fait baptisé par l’abbé Pierre sur le tournage de « Hiver 54 »

L’un des plus grand films de Lambert Wilson est sans aucun doute « Hiver 54 », un film biographique et historique sur l’action de l’abbé Pierre, lors de l’hiver 54 en faveur des sans abris. Le long métrage a été tourné en 1989. L’abbé baptisera Lambert Wilson sur le tournage même. L’acteur, qui a remporté pour cette interprétation le prix Jean-Gabin, s’en expliquera par la suite en disant: « de lui, j’aime toutes les valeurs ».

« Jefferson à Paris »: quand Lambert enfile les habits de La Fayette

Lambert Wilson a aussi joué La Fayette dans ce film, qui retrace la vie de Thomas Jefferson, ambassadeur des Etats-Unis, à la cour de France de 1785 à 1789.

Dans « Palais Royal ! », Lambert Wilson joue la comédie décalée

Lambert Wilson joue le prince fictif Arnaud, dans cette comédie de Valérie Lemercier sortie en 2005. La comédie décrit le burlesque d’une succession royale après le tragique accident d’hélicoptère du roi - tout aussi fictif - André.

Lambert Wilson, Mérovingien dans « Matrix revolution »

Pour Lambert Wilson, Matrix a été le moment de sa renommée internationale. Il y joue un personnage puissant, très francophile, qui s’oppose à Neo, héros du film.

Lambert Wilson majestueux dans « Des hommes et des dieux »

Ce film s’inspire de l’assassinat des moines de Tibhirine en Algérie en 1996. Il retrace la vie quotidienne des moines et la montée de leurs interrogations face à la violence qui précède leur enlèvement lors de la guerre civile algérienne.