Affaire DSK : le frère de Naffisatou Diallo, la femme de chambre, s'est confié au JDD

Affaire DSK : le frère de Naffisatou Diallo, la femme de chambre,  s'est confié au JDD
Affaire DSK : le frère de Naffisatou Diallo, la femme de chambre, s'est confié au JDD
Dans cette photo : Dominique Strauss-Kahn
Le JDD tenait hier un scoop puisque l'une de leurs journalistes a réussi à obtenir une interview exclusive de l'un des frères de la victime présumée de Dominique Strauss-Kahn, Nafissatou Diallo.
A lire aussi
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de Katharina Mückstein
News essentielles
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de Katharina...

Voilà des semaines que les médias du monde entier cherchent la moindre information sur la mystérieuse femme de chambre qui accuse l'ex patron du FMI d'agression sexuelle et de tentative de viol au Sofitel de New York, en vain. On en sait peu sur Nafissatou Diallo, qui reste insaisissable et dont la photo n'a jamais été publiée.

Néanmoins, une journaliste du Journal du Dimanche a réussi, en se rendant à Indianapolis, aux Etats-Unis, à recueillir les propose du frère de la victime présumée. Ancien chauffeur routier reconverti dans le taxi, l'homme de 53 ans ne travaille plus depuis quelques semaines suite à un accident de voiture. Alors que DSK et Anne Sinclair restent reclus dans leur luxueux appartement de Tribeca, et que la tension médiatique se fait moins sentir, Mamadou Diallo a raconté à l'hebdomadaire le "calvaire" subli par sa soeur et toute sa famille.

Il semble néanmoins, à la lecture de l'interview, que ce demi-frère parti tôt d'Afrique (avant la naissance de Nafissatou) ne soit pas si proche que cela de sa soeur. On saura seulement qu'elle "pleure tous les jours" depuis un mois, même s'il ne l'a que rarement au téléphone. Il insiste surtout sur la "honte" subie par cette famille africaine musulmane, très pratiquante, et l'éducation religieuse reçue par sa soeur, "une personne timide et discrète". Il a aussi des mots très durs, puisqu'il la considère comme "finie", car salie... : "Que puis-je faire pour elle ? Sa vie est détruite. Elle est finie. Il n’y a plus rien à faire pour elle."