Affaire DSK - Banon : « J'ai essayé de la prendre dans mes bras »

Affaire DSK - Banon  : « J'ai essayé de la prendre dans mes bras »
Affaire DSK - Banon : « J'ai essayé de la prendre dans mes bras »
Dans cette photo : Dominique Strauss-Kahn
Depuis hier, le parquet a décidé de classer sans suite l’affaire DSK-Banon. Si l’agression sexuelle a été reconnue, aucune charge ne sera retenue contre l’ancien directeur du FMI qui sort une nouvelle fois blanchi de cette histoire.
A lire aussi
Affaire DSK : les féministes à la rescousse de Tristane Banon
femmes
Affaire DSK : les féministes à la rescousse de Tristane...

Le 12 septembre dernier, Dominique Strauss-Kahn s’était longuement entretenu avec des policiers au sujet de la plainte de Tristane Banon qui lui reprochait d’avoir tenté d’abuser d’elle il y a de nombreuses années. Des faits que DSK avait toujours niés, du moins en substance. En effet, ce dernier avait tout de même avoué avoir tenté d’embrasser la jeune femme, mais sans jamais allé plus loin.

Mais pour éviter que le doute ne subsiste toujours, les avocats de DSK ont décidé de rendre publique une partie de la déposition de leur client au sujet de l’affaire Banon. Au sujet des faits survenus en 2003 avec Tristane Banon, DSK a déclaré :

« J'ai essayé de la prendre dans mes bras. J'ai tenté de l'embrasser sur la bouche. Elle m'a repoussé fermement. Elle m'a lancé, en substance 'Ca va pas!' J'ai de suite relâché mon étreinte, elle s'est emparée de ses affaires et elle a quitté l'appartement furieuse »

Pour cette tentative de baiser un peu forcée, le parquet a donc décidé de retenir l’agression sexuelle, mais de classer l’affaire puisqu’elle est prescrite depuis de longues années. Les agressions sexuelles sont prescrites après trois ans. En ce qui concerne les autres accusions de Tristane Banon, les avocats de DSK les qualifient d’ « imaginaires ».

VOIR AUSSI

Affaire DSK : Anne Mansouret ne serait pas amie avec sa fille Tristane Banon

Manifestation contre DSK : Banon en larmes [vidéo]

DSK chez Chazal : "Nous ne saurons jamais la vérité !"

Martine Aubry : « DSK devra s'exprimer devant les Français »

Banon : « Cela n'a choqué personne que DSK vienne donner sa vérité »