Rachida Dati attaquée pour "diffamation" pour ses propos contre le "Mur de la Paix" !

Rachida Dati attaquée pour "diffamation" pour ses propos contre le "Mur de la Paix"  !
Rachida Dati attaquée pour "diffamation" pour ses propos contre le "Mur de la Paix" !
Dans cette photo : Rachida Dati
La femme de Marek Halter et lui même ont engagé une action en diffamation contre la maire UMP Rachida Dati, partie en croisade contre un monument pour la paix. Démonstration symbolique et artistique, ce pauvre mur a déclenché un scandale. Le procès de Rachida Dati a lieu aujourd'hui.
A lire aussi

Citée en diffamation, Rachida Dati comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris aujourd’hui. Elle avait choqué les esprits en réclamant la démolition du « Mur de la Paix », au printemps dernier, un édifice inauguré en 2000 sur le Champ-de-Mars.

Imaginé par Clara Halter, épouse de Marek Halter, et l’architecte Jean-Michel Wilmotte, ce « Mur », initialement pour la Paix, est devenu en vérité un panneau d’affichage de toutes les haines du monde : insultes racistes, antisémites, graffitis, et même les touristes ont jeté leur dévolu dessus, prenant presque comme un « devoir » de marquer leur venue en gravant leur nom et leur date de passage.

Le « monument » pour la Paix compte 12 panneaux de verre qui contiennent le mot "Paix" dans 32 langues. Il devait à l’origine rester 3 mois, mais on dirait qu’il a prolongé son séjour sur le Champ-de-Mars. Selon le couple « Halter », le mur aurait été prolongé de trois ans à l’été 2010.

Mais Rachida Dati ne l’entendait pas ainsi, elle a donc fait signer une pétition sur le site de la mairie du XIIe arrondissement pour faire démolir le mur, appelant "à se mobiliser pour obtenir le démontage immédiat du Mur pour la Paix". Selon la maire, il "obstrue la perspective classée de l'Ecole militaire à la Tour Eiffel, en violation de la loi". Elle se prétend "choquée par les méthodes et les déclarations mensongères de M. et Mme Halter, en vue d'obtenir la pérennisation de leur création sur le Champ-de-Mars (...), occultant systématiquement le caractère illégal de ce mur".

Puisqu’il n’y a pas d’autres préoccupations en France, et encore moins dans le XIIe arrondissement, la maire UMP en a fait un véritable « combat politique majeur ». Pour ces faits, les « Halter » ont engagé une action en diffamation.

VOIR AUSSI

Morano et Renault, Rachida Dati et son gode : les lapsus de l'UMP en vidéo

De Rachida Dati à Martine Aubry : la vie privée des femmes politiques françaises

Rachida Dati : son frère Jamal tente de se suicider

Rachida Dati : une peine de six mois pour les faux-pères de sa fille Zohra ?