Syrie : l'assaut final de Baba Amr a commencé à Homs

Le quartier rebelle de Baba Amr à Homs en Syrie subit un assaut terrestre depuis mardi soir. L'armée syrienne procèderait à un nettoyage organisé pour neutraliser les armes et les militants antirégimes. Les journalistes français Edith Bouvier et William Daniels sont apriori toujours prisonniers de la ville désormais inaccessible.
A lire aussi


Un cordon militaire s’est formé autour du quartier de Baba Amr, dernier quartier de Homs à résister et plateforme stratégique de réception d’armes du Liban. Un assaut terrestre a été lancé mardi soir par l’armée syrienne et s’est poursuivi mercredi. D’après une source de Damas interrogée par l’AFP, « le secteur est sous contrôle. L'armée a déjà procédé à un nettoyage bloc par bloc, maison par maison, et maintenant les soldats fouillent chaque cave et tunnel à la recherche d'armes et de terroristes ». Mardi, les troupes de Maher al-Assad sont arrivées en renfort pour encercler Baba Amr, ont rapporté des militants.
Mais d’après les rebelles, l’armée syrienne est restée bloquée en dehors du quartier : « Il s'agit de rumeurs pour terrifier la population », a déclaré par téléphone à l’AFP un membre de l'Armée syrienne libre (ASL).  Il raconte que les soldats du régime ont appelé mercredi la population par haut-parleurs « à quitter l'endroit », menaçant de l’imminence d’un bombardement et d’une  « prise d’assaut de la ville ».

Une « tragédie » en perspective
Selon Hadi Abdallah, membre de la Commission générale de la révolution syrienne, une voie secrète reliant le quartier à l’extérieur a été découverte et « dynamitée » par les forces du régime. Selon les chefs d’unités de l'ASL qui se trouvent autour de Homs, l’accès à la ville est désormais complètement bloqué. Hadi Abdallah craint quant à lui une tragédie à Homs, et appelle à une « intervention étrangère ». L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), fait état de la mort d’au moins 15 civils et 8 membres des forces gouvernementales pour la seule journée de mercredi en Syrie.

Les journalistes occidentaux
Dans la même journée de mercredi et malgré le siège du quartier par l’armée, le journaliste espagnol Javier Espinosa est parvenu au Liban. Il était retenu à Homs depuis le bombardement du 22 février qui a coûté la vie à la reporter américaine Marie Colvin et au photographe français Rémi Ochlik. Quant aux journalistes français Edith Bouvier et William Daniels, ils seraient toujours à Baba Amr. Le gouvernement français a demandé à la Syrie un cessez-le-feu dans ce quartier pour permettre leur « évacuation sûre et rapide ». Un porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères avait déclaré un peu plus tôt dans l’après-midi que le régime voulait « aider » à l'évacuation des journalistes occidentaux.

Une nouvelle résolution à l’ONU ?
Par ailleurs le Conseil de sécurité de l'ONU se penche depuis mardi sur une nouvelle résolution sur la Syrie, afin de réclamer un cessez-le-feu humanitaire. Kofi Annan, nouvel émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie a évoqué mercredi un déplacement à Damas, où il compte délivrer un « message clair » pour l’arrêt des violences et l’accès des agences humanitaires aux populations.

Indignation américaine
Les autorités diplomatiques allemandes et françaises ont appelé le régime syrien à stopper les violences, tandis que les Etats-Unis ont fait part de leur indignation face au « pilonnage » de Homs. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s’est exprimée pour regretter que la Russie n'ait jamais pris d’initiative humanitaire dans la crise syrienne, malgré les liens « anciens et profonds » qui unissent Moscou à la famille Assad. « C'est une situation très gênante et très frustrante », a-t-elle déclaré devant la Chambre des représentants. « Nous savons que si nous parvenons à convaincre (les Russes) de travailler avec nous, au moins sur le plan humanitaire, ils auront un accès à Bachar al-Assad que presque personne d'autre n'a, du moins en Occident ».

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Syrie/référendum : la « plaisanterie » de Bachar al-Assad
Homs : l'appel à l'aide des journalistes Edith Bouvier et Paul Conroy en vidéo
Syrie : les femmes descendent dans les rues de Banias
Syrie : Rémi Ochlik et Marie Colvin, disparition de deux reporters surdoués
Syrie : un obus tue Gilles Jacquier, grand reporter à France 2