Mali : les islamistes mutilent les femmes non-voilées

Mali : les islamistes mutilent les femmes non-voilées
Mali : les islamistes mutilent les femmes non-voilées
Depuis le 21 septembre, une prison pour femmes est ouverte à Tombouctou. Celles qui ne portent pas le voile intégral sont arrêtées. Les groupes islamistes instaurent depuis six mois un règne de violence qui cible dorénavant les femmes.
A lire aussi


Violences, mutilations et emprisonnement, ce sont les risques encourus au quotidien par les femmes vivant dans la région du nord Mali depuis quelques jours. Les groupes islamistes Ansar Dine et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest, avec l’aide d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) mènent une véritable chasse aux femmes non voilées. Si elles ne sont pas habillées du « toungou », tissu traditionnel du Sahel long de douze mètres et d’un voile foncé, elles se verront couper les oreilles. Même chose si elles circulent après 23h dans la rue, elles sont alors frappées à coups de bâton, incarcérées et contraintes de payer une amende.

Un habitant du quartier Bellah Farandi à Tombouctou explique au micro de France Inter : « Depuis mercredi soir, ils [les islamistes] rendent visite à des imams pour leur dire que, désormais, toutes les filles doivent s'habiller décemment ». Les imams sont aussi informés de la création de prisons pour femmes.

Amnesty International a dénoncé jeudi les violences infligées au Mali par les islamistes « au nom de leur interprétation de la charia » comme la lapidation des couples non mariés, l’amputation de présumés voleurs, et la flagellation des buveurs d’alcool ou des fumeurs. L'organisme souligne également les « parodies de procès » organisées pour juger ces crimes.

Jeudi dernier, une femme vêtue d’un simple foulard sur les cheveux a dû accoucher sur le trottoir devant l’hôpital faute d'être autorisée à entrer, témoigne un habitant de Tombouctou.

Nicolas Pasquier

Crédit Photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Les violences sur les femmes augmentent encore
Violences sexuelles faites aux femmes : les élus dans le collimateur des associations
Violences faites aux femmes : le meurtre d'une Palestinienne révolte les militantes