Nouvelle définition de "misogynie" dans le dictionnaire australien

Nouvelle définition de "misogynie" dans le dictionnaire australien
Nouvelle définition de "misogynie" dans le dictionnaire australien
Suite aux échanges houleux entre la chef du gouvernement australien et le leader de l'opposition conservatrice autour des propos sexistes de ce dernier, le dictionnaire de référence australien a modifié la définition du mot « misogynie ».
A lire aussi
Cette photo d'une footballeuse australienne déclenche une avalanche de sexisme
News essentielles
Cette photo d'une footballeuse australienne déclenche une...


Suite à l’altercation entre la Première ministre australienne Julia Gillard et le leader conservateur de l’opposition Tony Abbott - auteur de commentaires sexistes tels que « l’avortement est une sortie trop facile », le dictionnaire Macquarie envisage de modifier la définition du mot « misogynie ». À « haine des femmes », l’ouvrage de référence linguistique du pays propose d'ajouter « préjugés ancrés contre les femmes ».

Le secrétaire du parti conservateur Christopher Pyne a jugé que ce changement pourrait « affecter le dictionnaire Macquarie au complet ». Il est soutenu par la députée conservatrice Bronwyn Bishop, qui a déclaré : « Notre langue est très vivante, mais dans ce cas particulier, il s’agit du vol d’un mot dans une langue utilisé pour décrire la haine réelle des femmes comme chez les talibans ».

Tony Abbott avait été l’auteur d’une sortie contre la Première ministre, arguant qu’une personne « avec des vues misogynes et sexistes ne devrait pas occuper un poste de haute fonction ». Ce à quoi Julia Gillard a rétorqué : « Si Mr. Abbott veut savoir à quoi ressemble la misogynie dans l’Australie moderne, il n’a pas besoin d’une motion à la Chambre des représentants, il a besoin d’un miroir ».

Salima Bahia

Voir l'intervention de Julia Gillard



Crédit photo : Stockbyte

VOIR AUSSI

Dilma Roussef une nouvelle « dame de fer » au Brésil
L’Express, Hollande et les femmes : Christophe Barbier défend une Une « féministe »
Laurence Parisot dénonce le sexisme en politique